LES ENFANTS DE L'UN Forum Index LES ENFANTS DE L'UN
BONJOUR ÊTRETÉ ! La route de l'Unité, de la fusion avec le SOI s'ouvre à nos cœurs ardents et nos yeux émerveillés
 

   FAQ  -  Search  -  Memberlist   -  Register   Log in
Keakak 2

 
Post new topic   Reply to topic    LES ENFANTS DE L'UN Forum Index >>> SPIRITUALITE >>> CANALISATIONS
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Maori
Guest


Offline




PostPosted: Fri 6 May - 07:32 (2011)    Post subject: Keakak 2 Reply with quote

extraits............

Être sensuels
Vous savez, les humains – les anges, en particulier - les anges humains sont des êtres très sensuels. Savez-vous cela à propos des anges ? Ce sont des êtres très sensuels. Peut-être ne pensiez vous pas que les anges étaient sensuels, mais ils le sont. 
     

 
     
Maintenant - je dis le mot « sensuel, » cela ne veut pas nécessairement dire sexy, bien que certains le soient avec ces chapeaux délirants roses. Non. (rires), sensuel veut dire que les anges aiment ressentir, expérimenter, être dans la vie. Ils aiment créer et puis se délecter de leurs créations, mijoter dans leurs créations, combattre parfois à leur manière dans et hors de leurs créations. Mais c’est sensuel. Les anges adorent les couleurs, les sons et les sentiments. Les anges aiment la musique, en particulier la musique humaine, parce qu’elle est tout à fait sensuelle. Il n’y a rien de mal à être sensuel. Ne confondez pas avec être sexuel, que certains d’entre vous ont oublié d’être, désolé de le dire. Non, la sensualité est l’incorporation et l’expérience de la vie elle-même. (il donne une tape à quelqu’un sur le dos) C’était sensuel, hein ? C’est un sentiment. C’est un ressenti. Qu’avez vous fait à votre pied (à quelqu’un qui a le pied blessé), c’est un genre de sensualité, un genre de folie, mais… (rires).      

 
     
Vous savez, les anges ont ce désir profond d’être sensuels, d’être dedans et de ressentir une expérience. Les humains ont essayé d’enlever cela. Les anges humains ont essayé d’enlever ça. Pourquoi ? Bien, peut-être se sentaient-ils dépendants ou submergés par cela. Mais quand vous arrivez à ce point dans votre voyage, vous pouvez prendre une profonde respiration. Dans l’état d’ahmyo, dans l’état de grâce, vous n’avez pas à vous inquiéter d’être submergés par ça - les expériences, les ressentis, les activités quotidiennes, la nourriture, la danse, le sexe et la passion.      

 
     
Vous voyez, les humains ont un peu…ils ont enlevé ça, ou ils en ont restreint la circulation, pensant que c’était mal. On leur a dit que c’était mal. C’est entré dans leur cerveau - « je ne peux plus manger d’aliments, sauf ceux que je n’aime pas vraiment. Je ne peux pas avoir du plaisir à boire un verre de vin, parce que j’ai pu être un poivrot dans le passé. » Vous n’allez pas l’être maintenant. « Je ne peux vraiment pas aimer ma partie sexuelle parce que les nonnes m’ont dit que c’était mal, que c’était impur et que j’aurai des poils qui pousseront partout sur les mains. » C’était drôle. (rires) Vraiment drôle. Donc les humains ont enlevé cette partie d’eux-mêmes. Mais, parce que que vous reconnectez à vous-même, vous revenez aux racines de qui vous êtes, vous vous permettez d’être un ange encore, vous pouvez être sensuels. C’est correct. Vous pouvez. Cela veut dire savourer la vie, se délecter de la vie. Oui.      

 
     
Prenez une respiration profonde avec ça, vous les pirates sensuels, vous. (l’assistance répond « Aargh ! Aargh ! ") Aargh. En fait, c’est plutôt l’a-a-rgh-h. (avec une voix sexy ; rire) C’est un pirate sensuel. A-a-argh-h. Pouvez-vous le faire ? (l’assistance répond, « A-a-argh-h "). Oh non, sexy. Je le veux sexy aujourd’hui ! (l’assistance répète) Cela ressemble à un pneu à plat sur une vieille voiture. (rires) essayons-le ensemble. Je vous donne un exemple. En fait, Linda vous donnera un exemple.      
LINDA : A-a-argh. (sorte de ronronnement)      
ADAMUS : Ah ! Ahhh ! (approbation et applaudissements de l’assistance) ok, pouvez-vous faire cela ? (l’assistance répète « A-a-argh "). Vous vous retenez encore. Ça ressemble à : « je ne peux pas être trop sensuel, parce qu’alors je deviens trop sexuel ou trop humain. » Bien sûr, la plupart d’entre vous essaient de quitter cette fichue planète, et vous croyez que si vous devenez vraiment sensuels, vous allez encore être coincés. Que vous allez devenir intoxiqués. Alors vous restez sensuels à un minimum absolu. Ce n’est pas bon pour vous.      

 
     
Pas du tout. Non, et vraiment… ça ressert votre énergie. Ça ressert votre sphincter. (rires) et alors ce n’est plus amusant.      
J’espère qu’un de vous écrira un manuel - « comment partir de cette planète pour ceux qui veulent vraiment partir. » C’est assez court. Ça tient environ dans un chapitre, sans beaucoup de mots – Vous plongez dedans. Vous plongez vraiment dedans.      

 
     
Vous ne vous asseyez pas en haut d’une colline pour méditer. Vous avez déjà fait ça et regardez, vous êtes toujours ici. (quelques rires). Vous ne vous saisissez pas des nouvelles pratiques que ce soit en chantant, en priant, en vénérant les cristaux ou autre chose. Vous avez déjà fait ça. Vous ne vous isolez pas dans un monastère. Vous l’avez fait. Vous ne vous asseyez pas quelque part sur une île pendant 62 ans pensant que vous allez trouver Dieu. Non, vous ne le faites pas. Vous ne le faites pas. Vous plongez dans la vie.      
Vous avez fait toutes ces autres choses dans le passé. Vous avez été dans les monastères. Vous avez été dans les couvents. Vous avez fait ces quêtes spirituelles et vous vous êtes fait souffrir, vous vous êtes disciplinés. Savez-vous ce qu’est la discipline ? (quelqu’un dit « Makyo ") Makyo, merci. Makyo mental. Makyo mental. La discipline limite les énergies. C’est amusement à apprendre, mais une fois que vous l’avez appris, laissez aller. La discipline est une manière de se mettre sur la croix, c’est un peu douloureux. Vous avez fait ça. Il y en a d’autres qui le font maintenant.      

 
     
Vous avez été des porteurs d’énergie dans le passé. Vous en avez eu une grande fierté jusqu’à ce que Tobias dise : « Ptt ! Laissez aller. » Vous étiez les supports d’énergie pour tout. Et vous savez, en fait, les porteurs d’énergie ont servi un but. Ils ont maintenu les énergies des graines de la Lémurie, de l’Atlantide, des familles d’étoiles. Ils les ont maintenues intactes de sorte qu’elles n’aillent pas dans la conscience humaine. Mais c’était beaucoup de travail. Vous avez tous porté ces énergies pendant très, très longtemps Vous êtes encore piégés dans l’habitude d’être des porteurs d’énergie. Vous n’avez pas besoin de le faire.      

 
     
Et vous me dites : « Bien, si je ne porte pas l’énergie pour les dauphins et les baleines, qui va le faire ? » Bien, beaucoup d’autres personnes. Si vous ne l’avez pas remarqué, il y a beaucoup de nouveaux arrivants. Ils vont servir un certain temps comme porteurs d’énergie, mais pas aussi longtemps que vous l’avez fait. (pause car il change sa boisson). Ils vont apprendre ce que c’est de vraiment maintenir et diriger, mais aussi ils vont commencer maintenant à faire bouger certaines énergies.      

 
     
LINDA : Vous et Cauldre avez besoin de changer de boisson.      
ADAMUS : Ah, oui. Je voudrais en fait du café avec de la crème, sans sucre.      
LINDA : Avec plaisir.      
ADAMUS : Oui, merci. (rire)      
LINDA : Laissez-moi vous servir. (elle va chercher le café)      
ADAMUS : JE VOUS DEMANDE DE ME SERVIR ! (approbation et applaudissements d’assistance). Elle est si douce. Si douce. Je ne me soucie pas de ce que dit Cauldre, mais il dit aussi qu’elle est douce ! (rire). Très, très douce.
 
     
Donc, chers Shaumbra, les énergies bougent maintenant. Vous êtes dans un endroit entièrement différent. Vous êtes dans une conscience entièrement différente. Vous êtes allés au delà. Vous êtes les pirates spirituels et sensuels. Quel grand titre. Vous faites bouger l’énergie maintenant.      

 
     
La faire bouger ne signifie pas la pousser ou la forcer. Faire bouger veut dire chevaucher, monter sur cette vague que vous avez créée - cette vague de conscience, cette vague du changement, que vous avez créée. Vous l’avez déjà créée. C’est comme une grande vague et vous la surfez maintenant. Pourquoi pas, car étant un être sensuel vous voulez sentir et expérimenter ce que c’est que de faire partie de ce que vous avez déjà créé. Ne pensez pas trop à cela, cela deviendra très, très confus. Ressentez-le simplement.      
Ah. (il reçoit le café). Et des biscuits. (rires)      

 
     
LINDA : Avec plaisir. (elle va chercher des biscuits)      
ADAMUS : (il prend une gorgée) Ahh ! Sensuel. Avec votre nourriture, avec votre boisson, si vous la mettez dans votre bouche, au moins appréciez. Vraiment. Et ne vous sauvez pas. Tobias vous en a parlé, et je le répéterai, mais nous sommes parfois étonnés que des êtres spirituels, des professeurs spirituels, se coupent encore de la vie effrayés par - « j’ai entendu aux informations que le café est mauvais pour moi. » Pff ! Rien n’est vraiment mauvais pour vous. Rien ne l’est vraiment - sauf vous-même. (rires). C’est un truisme [1] . Je veux voir ça sur une affiche quelque part. Pourquoi ? Parce que vous êtes tellement sur votre propre chemin, puis vous nous appelez sur votre Skype spirituel et vous pleurez en demandant ce qu’il se passe. Alors, chers Shaumbra, si vous mangez, appréciez. Si vous le faites, aimez ce que vous faites. Si vous êtes ici, expérimentez la vie. C’est comme ça que fonctionne la planète. C’est un peu une ironie, parce qu’au moment où vous apprenez vraiment à apprécier cette planète,… oh, oui ! (Linda lui apporte un plat de gâteaux) au moment où vous apprenez à apprécier vraiment… mmm mmm mmm mmm mmm. (rires car il apprécie un gros morceau de gâteau)      

 
     
Il y a des anges qui ne sont jamais venus sur terre, qui meurent d’envie de vivre ici sur terre, qui donneraient n’importe quoi – comment dites vous, un bras ? Qui ne savent pas ce que c’est - ils donneraient leur aile gauche (rires) juste pour pouvoir faire ce que Cauldre fait en ce moment ! (il prend un autre morceau) et vous y résistez, vous le combattez, vous l’éloignez, vous vous donnez des excuses. « C’est si bon, ce n’est pas bon pour moi. Si c’est bon cela doit être mauvais. Si c’est sensuel je dois le laisser tomber. Je dois le rendre ennuyeux. Je dois le faire comme un biscuit cru. » Je veux dire c’est simplement ennuyeux, ennuyeux, ennuyeux.      

 
     
Non, si vous êtes ici, faites-le. C’est pourquoi je dis habillez vous, amusez vous, jouez. Vous allez vous rendre compte combien – c’est le mot de Cauldre, pas le mien – combien vous étiez constipés. (il prend le chapeau de quelqu’un et le met sur sa tête) Amusez vous avec ça ! (l’assistance répond, « Wooo "). Portez un chapeau rose de cowboy quand vous faites une canalisation. Pourquoi pas, Cauldre ? Arrêtez de vous cacher. Sortez. Oui, ils prennent des photos et alors ça sort et ils disent, « est-ce un professeur spirituel ? » Absolument ! C’en est un ! Merde ! (Beaucoup de rires et d’applaudissements). Oui ! Oui !      

 
     
Alors… (Adamus rit) C’est aussi facile. C’est aussi facile. Toutes les études, et tout le reste… J’aime vraiment le fait que ce livre* soit sorti, et qu’il y en aura d’autres comme celui là « L’Ange Sensuel - Grand titre pour un livre » -. Ouais, mmm, ouais. « Comment Partir de la Planète avec un Grand Rire. » « Comment Sourire. » N’avez vous jamais remarqué que les chercheurs spirituels ne sourient pas ? C’est considéré comme mauvais. Sourire - « je pourrais trop apprécier la vie alors, je pourrais envoyer le mauvais signal. `J’ai du fichu bon temps ici ’ » C’est comme ça que vous sortez d’ici.      
(* se référant à « Fuck It Spirituality, » livre dont Geoffrey a parlé avant le shoud. http://thefuckitway.com/)      

 
     
L’ironie, Edith, c’est qu’une fois que vous faites ça, que vous l’appréciez vraiment et que vous devenez encore sensuels, - c’est l’ironie - alors vous voulez rester. Ah, ah, aha. Vous dites, « mais non, je veux partir, alors c’est une énigme. » Pas du tout. Pas du tout, parce qu’il y a une nouvelle classe d’êtres ascensionnés qui reviennent ici. C’est un peu difficile à expliquer, mais, vous voyez, quand ils ascensionnent, ils n’ont pas à revenir, mais cela leur permet en fait de revenir, alors ils reviennent et ils ne seront jamais coincés. Ils reviennent, comme Tobias l’a fait, non pas parce que le monde a besoin d’être sauvé, non pas parce qu’il va apporter une profonde sagesse – ce qu’il va faire - mais parce qu’il a été si coincé, je veux dire, un juif coincé (rires), pendant longtemps. Pendant très très longtemps.      

 
     
Il a passé vies après vies à étudier un fichu livre - pas le livre « Fuck it », mais l’autre livre – à essayer de se conformer aux règles. Vous savez - je veux m’assurer qu’il n’écoute pas - il a même eu des règles pour savoir quand il pouvait avoir des relations sexuelles, comment il pouvait en avoir, et quel degré de plaisir il pouvait avoir avec le sexe. (quelqu’un dit « Wow "). Ne dites pas wow. Je vous entends avec la même chose ! Il a eu tellement de règles pour savoir ce qu’il devait manger certains jours. Ce n’est pas apprécier la vie. Ce n’est pas spirituel. C’est l’antithèse d’être sensuel.
 
     

 
     
Les anges, par nature, sont très sensuels. C’est pourquoi ils veulent venir ici. C’est pourquoi ils veulent votre position. C’était vraiment drôle, en fait. Si vous étiez un ange qui essaie de venir ici, ce serait très drôle. Mais ils ne peuvent pas comprendre pourquoi parfois vous gaspillez vos précieux, précieux moments et votre souffle très précieux avec toutes ces règles et règlements et tout le reste. Ils veulent juste être sensuels. Ils savent que finalement personne n’est vraiment coincé ici. C’est juste comme si vous étiez coincés. Finalement, il n’y a aucune mort. Ça ressemble à la mort jusqu’à ce que vous mouriez et puis vous revenez de l’autre côté et vous vous rappelez ce que c’était que d’être sensuels et vous souhaitez ne pas avoir vécu votre mort ici sur terre. (quelques rires) Whew ! Ne pensez pas trop à ça.      

 
     
Alors j’encourage chacun de vous en tant qu’élément de votre processus d’ascension, en tant que professeur spirituel et standard pour les autres – vivez de manière sensuelle. Vivez outrageusement, comme Aandrah dirait. Je fais un tour parfois dans vos classes. J’espère que cela ne vous gêne pas. (Aandrah dit : « vous ne payez pas ") oui, et les meilleurs jours sont avec… Non je ne paie pas. (rire). En fait je le fais, d’une manière ou d’une autre. Mais les meilleurs jours Ohamah, Adamus ensemble, nous nous amusons. Je fais un tour de temps à autre et Aandrah et On - Norma et Garret - essaient vraiment d’amener les gens à vivre outrageusement. Outrageusement. Et Linda, et Cauldre m’ont dit, que peut-être ces réunions étaient un peu outrageuses, pas dans la norme des réunions spirituelles. Merci mon Dieu, putain. (rires). Vous pouvez dire tout cela dans la même expression.      

 
     
Alors, jouons-… jouons. J’allais dire jouons à un jeu, mais, fichtre, tout ceci est un jeu, n’est-ce pas ? C’en est un.      



Choix n°1

Avez-vous fini avec les traitements et la guérison ? Je n’ai pas envie de continuer avec des anges humains qui aiment encore les traitements et la guérison, et certains le font encore. Vous êtes entrés ainsi dans les traitements et la guérison. C’est devenu un mode de vie. C’est de l’énergie vampire. De l’énergie vampire si vous faites traitement et guérison. Vous le faites aux dépens de quelqu’un, et même à vos dépens. Vous êtes piégés dans ce cycle et il est difficile d’en sortir. C’est du drame ; c’est très mental ; C’est basé sur le linéaire, parce que traiter c’est tourner en rond autour de votre passé. Cela consomme énormément de temps.       
Guérison ! Huch assez de guérison !
  
     
LINDA : C’était quoi ça ?

      
ADAMUS : Huch assez de guérisons ! N’avez-vous pas eu assez de guérisons ? (certains dans l’assistance disent « oui "). Ça n’a pas marché, n’est-ce pas ? Hein, un peu, mais pas beaucoup. Vous savez, cela vous a donné la conscience. Cela vous a donné la conscience qu’une autre personne ne peut pas le faire pour vous. Cela vous a donné la conscience que vous avez été arnaqués de 500 dollars, et que vous auriez pu le faire mieux vous-même. Cela vous a donné la conscience, oui, qu’il y a des énergies. Cela a amené beaucoup d’entre vous plus ou moins hors du mental. Mais je ne veux pas aller de l’avant avec des êtres qui sont toujours beaucoup dans ce makyo. C’est dévorant pour nous, pour moi, en particulier. C’est dévorant pour vous tous.       
Nous essayons d’écrire de nouveaux livres. Ça peut ne pas du tout être des livres. Nous essayons de créer de nouveaux potentiels. Nous ne pouvons pas le faire avec un groupe de « gens à guérir », de « blessés », « d’épaves cassées », et de gens qui refusent de lâcher le passé. Ils insistent là-dessus comme ils insistent sur le fait que la photo sur le bateau est la photo sur le bateau. Je ne peux pas m’occuper de ça ! Est-ce que ça a du sens ? (quelques Shaumbra disent « oui ").Vraiment ? Vous croyez vraiment cela ? (quelques Shaumbra répondent encore, « oui ") Whew, bien. Bien.

      
Donc, pour ceux qui vont aller de l’avant ne faites plus de traitements. Ne faites plus de bouquet de guérisons. Equilibre et ajustement énergétique, oui. Et si vous vous demandez qu’elle est la différence, demandez à Aandrah la différence. Il y a une grande différence.
  
     
Vous savez, vous vivez dans un environnement très dense. Parfois vous devez vous arrêter et prendre une profonde respiration, prendre un bain, faire une promenade et respirer, respirer, respirer, écouter de la bonne musique, parce que vos connexions énergétiques à toutes choses - chaque partie de votre réalité, et vous inclus – changent toutes.       
Rappelez-vous l’ancien – je vais dans les banques de souvenirs de Cauldre, je suppose qu’il est assez vieux - il se rappelle des vieux standards téléphoniques. Il se rappelle quand ils devaient se brancher… à l’opérateur (il fait une démonstration). Ouais, exactement.

      
Donc, il était de coutume, il y a cinq ans, que chaque fois et de temps en temps, alors que, oh, une nouvelle… de tirer ce fil de branchement et de le mettre sur… une différente ici. Cela arrivait à chaque fois de temps en temps - et vous vous en plaignez – et puis maintenant, vous avez besoin d’environ dix bras, pour constamment changer les connexions et les manœuvrer. Il arrive un moment où vous n’avez pas besoin de faire d’effort. En fait, elles le font d’elles mêmes, alors vous pouvez vous assoir avec émerveillement et voir à quel point vous êtes flexibles.       
Vous vous reliez à la terre, avec ce que vous appelez l’énergie lumière. Il y a cette constante circulation de prana, je pense que vous pouvez l’appeler énergie de force de vie. Vous aviez une façon de vous brancher à elle avant, comme tout le monde. Une super grande matrice, on se connecte dedans, on devient stupide, et - (quelques rires) audience coriace aujourd’hui ! – Puis on oublie.

      
Donc ce qu’il se passe en ce moment est qu’il y a encore une énergie de force de vie, mais il y a un flot différent ou un courant différent maintenant sur lequel vous vous branchez. Vous vous êtes branchés sur le même vieux courant pendant des vies et des vies. Vous vouliez simplement plus de ce courant sur lequel vous vous branchiez. Maintenant vous apprenez que vous pouvez vous brancher sur une partie différente de ce courant. Et que vous n’avez pas besoin d’attirer autant de force vitale d’énergie, parce que finalement vous allez tout débrancher. Mais je vais garder ça pour une autre discussion. Ouais.

      
Donc, retour au point du traitement. Le traitement. Vous savez, si vous êtes constamment piégés dedans, si vous êtes constamment dans le passé, vous allez trouver très difficile de vous reconnecter dans le moment présent. Le moment présent n’a rien à voir avec le temps. Réalisez-vous cela ? Le moment présent n’est pas aujourd’hui. Le moment présent est l’expérience qui se dévoile maintenant. Et l’expérience qui se déploie est beaucoup plus comme un hologramme. Faites une promenade tout autour d’elle, en haut, en bas, à l’intérieur, et vous allez réaliser qu’il y a tellement plus qui vient.       
Alors, le traitement, point de séparation. Avez-vous fini avec le traitement ? (l’assistance répond : « oui ! "). Oh, vous dites oui. Vous dites oui. Vous dites que vous m’aimerez au matin, mais… (rire) demain matin évidemment. (quelqu’un dit « Aargh ! ") Aargh ! Ah ! Linda sait comment le faire. Comment faites-vous ?
  
     
LINDA : A-a-argh-h !       
ADAMUS : A-a-argh-h ! Comme si vous étiez un grand chaton. A-a-argh-h.       
Donc, le point de séparation. (il écrit). La guérison, le traitement concernent le passé. Et quand le passé n’est plus le passé, avez-vous vraiment besoin de tout cela ? Absolument pas ! N’est-ce pas simple ? (l’assistance répond « oui ") Bien.

      
Choix n°2

Deuxièmement, la chose suivante - point de séparation - est séculaire. Point de séparation - je ne peux pas aller de l’avant avec un groupe ou des individus qui continuent à rechercher et à chercher, parce que rechercher et chercher implique qu’il y a quelque chose qui vous n’avez pas, qu’il y a quelque chose en dehors. Vous avez été dupés à penser qu’il y a des secrets et des mystères. La première chose que nous faisons à l’école des mystères est de dire qu’il n’y a aucun mystère autre que vous même ! Vous êtes le mystère parfois.
  
     
Rires préenregistrés.       
LINDA : Ha, ha, ha ! Ha, ha. Ha, ha, ha.       
ADAMUS : Ai-je besoin d’un bouton ? (Rires étouffés d’Adamus). Ouais, un signe, oui.       
Alors… (Adamus s’arrête)       
LINDA : Quoi ? !       
ADAMUS : Cauldre a été totalement rejeté. Je ne sais pas où il est allé.       
LINDA : Huh !       
ADAMUS : Nous avons besoin qu’il revienne. Tenez le une minute. (il s’assied et respire)       
LINDA : Puis je aider ?       
ADAMUS : Prenez une respiration profonde. Ok, super. En cherchant et en … bien, il est parti un instant. Il était si gêné, ou quelque chose comme ça.       
LINDA : Par quoi ?       
ADAMUS : Moi !       
LINDA : Oh.

      
ADAMUS : Alors, la chose suivante, chercher et rechercher. Si vous cherchez et recherchez, cela donne l’impression qu’il y a quelque chose que vous ne savez pas, et c’est habituellement une activité extérieure. Il n’y a aucun mystère, absolument aucun, autre que le manque de mémoire, oui, ça arrive. Il y a presque une tentation dans la recherche. Cela devient une dépendance. Cela devient une passion, une raison de vivre, et chacun de vous ici le savez, parce que vous êtes passés par là.

      
Là où nous allons à partir de maintenant concerne la découverte, il s’agit de l’expérience. Mais, s’il vous plait, plus de recherche ni de quête, parce que la recherche et la quête sont également liées à une vue limitée du passé. Donc ne cherchons plus. Découvrons. Découvrons ce qui est déjà là dans ce grand champ des potentiels. Découvrons que vous pouvez en fait - et vous devrez en fait - créer ce que vous voulez. Découvrons qu’il n’y a vraiment aucun être dans l’univers qui a cette grande réponse que tant d’humains cherchent. Je me demande parfois pourquoi les humains entrent si profondément dans le passé. Avec ce qu’il s’est produit il y a 2.000 ans - Jésus-Christ ! (rires)       
Tout d’abord, cela ne va pas être exact. Ça ne l’est vraiment pas. Deuxièmement, c’est une partie d’une recherche passée. Vous savez, il y a recherche du passé et il y a recherche du futur, et ni l’une ni l’autre ne vous emmèneront vraiment quelque part. Elles ne le feront pas - comment dire ça - elles ne vous donneront pas la pleine expérience de la vie en ce moment. Alors ils s’évadent et essayent de comprendre ce qu’il s’est passé il y a 2.000 ans, ou ce qu’il s’est passé il y a 500 ans, ou plus avant en Atlantide, et ils se font piéger dedans. Ça n’a pas d’importance parce que l’histoire est fausse. L’histoire est absolument fausse, parce qu’elle est limitée. C’est généralement la perception d’une personne. Et elle ne regarde pas… si le chapeau rose est seulement vu de face. Elle ne regarde pas ce qu’il s’est vraiment passé.       
Les histoires que j’ai entendues sur Yeshua m’inciteraient à vouloir sauter sur cette croix. Elles ne sont pas vraies ! (rire). Elles sont tordues, elles sont limitées, et elles sont tristes. Yeshua a eu une bonne vie. Vraiment. Oui, il a enduré les défis humains comme vous, mais il a eu une grande vie. Son but était d’être un être humain sensuel et d’apprécier réellement la vie.

      
Alors quand il y a cette recherche et cette quête qui continuent, cela limite. Êtes-vous prêts à sortir de cela ? (l’assistance dit, « oui ")       
LINDA : Oui.       
ADAMUS : Bon, bon.       
EDITH : Nous sommes prêts pour la découverte.       
ADAMUS : Découverte.

      
Choix n°3

Le prochain sur la liste est ce désir pour le succès ou la réalisation. Maintenant, c’est une sorte de construction dans votre ADN, construction dans votre karma ancestral, formée en vous. Maintenant, je ne parle pas… cela n’a rien à voir avec l’abondance, je parle de vos buts. Vous avez ces désirs de réussite, d’être une personne spirituelle qui a réussi, d’être une personne d’affaires qui a réussi, d’être un parent accompli, avoir du succès. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que c’est important ?       
EDITH : Pour payer les factures.       
ADAMUS : Payer vos factures. Très pragmatique. Très pragmatique. Cela solidifie votre identité, votre perception de ce que vous pensez que vous êtes. Vous avez un clin d’oeil et un signe de tête d’un aspect de vous-même quand vous réussissez quelque chose.       
Maintenant je ne dis pas que la création et le déploiement… ça a un bon sentiment, je ne dis pas que c’est négatif. Mais le mental est focalisé sur les buts et les succès. Vous vous jugez selon ce que vous mettez sur votre CV, combien vous avez d’argent à la banque, comment vous êtes avec vos relations ou le sport.


      
Nous ne pouvons pas aller de l’avant si c’est votre critère – la réalisation. Si vous pensez que vous pouvez dire, « oui, je vais aller avec Shaumbra, avec Adamus, avec le Conseil Cramoisi, » et que dehors vous dites à d’autres personnes - « Regardez-moi. Regardez ce que j’ai accompli. Je vais au prochain niveau » - vous avez manqué le point.       
Si souvent aussi la réalisation est basée sur votre passé. Vous essayez de travailler des choses à l’extérieur avec vos aspects. Ils vous disent vous êtes un trou du cul et - (quelques rires) c’était vraiment drôle - ils vous disent que vous êtes faibles ou stupides, alors vous essayez de négocier avec eux grâce vos succès, et vous essayez de dire : « non, je suis vraiment bien, parce que j’ai fait ça et ça et ça. »

      
Ils rient. Ils rient parce qu’ils savent que ça va tomber en morceaux. Vos succès vont s’effondrer. Si vous gagnez beaucoup d’argent, vous allez perdre beaucoup d’argent. Si vous êtes beau et fort, vous deviendrez par la suite vieux et faible. Alors ils savent déjà ce qui va se passer. Ça va tomber en morceaux.
  
     
Ce n’est pas une mauvaise chose, parce que ce n’est que de l’énergie en changement. En d’autres termes, je ne dis pas que tout va aller au diable. Je dis que ça change toujours. Ça évolue toujours. Et aussi facilement que vous gagnez et perdez de l’argent, vous pouvez gagner plus d’argent. C’est vraiment facile. Puis donnez-le. Faites un choix conscient pour le perdre en le donnant et observez même des retours plus grands. ( rires car qu’il fouille dans sa poche, sort de l’argent et commence à le distribuer). Donnez-le ! Donnez-le ! Ouais, parce qu’il en reviendra beaucoup plus, vous voyez. Il n’y a rien qui puisse vous rendre nerveuse. (à Linda) Vous devez vraiment vérifier ses poches avant qu’il quitte la maison.
  
     
LINDA : Vous pensez ? !       
ADAMUS : Ouais.       
LINDA : Non, je ne suis pas sa mère !       
ADAMUS : Alors ce concept entier de réalisation, de succès, de faire quelque chose de vous-même, a été programmé en vous par beaucoup de vos professeurs et par vos parents, ce qui a renforcé ce que vous essayiez déjà de faire pour manipuler ou tordre vos aspects. Finalement, ça n’a pas d’importance. Il s’agit d’expérimenter. Il n’y a pas de but ici. Nous n’avons pas de buts. Il s’agit de s’autoriser à expérimenter d’une nouvelle manière, et certains, je sais, essaient de travailler dans votre tête. Arrêtez là. Arrêtez là.

      
Vous n’avez plus besoin de ces choses, et d’une drôle de manière, la définition suivante ou la prochaine évolution de ces choses arrive quand même. C’est naturel. Le succès, les accomplissements, l’abondance, le flot - tout vient. Tout est là quand nous nous expansons hors d’une expérience basée sur le temps, quand vous venez de votre propre futur, quand vous venez de votre propre évolution de retour dans votre expérience, parce que soudainement vous allez sélectionner et choisir. Vous n’allez pas essayer. Vous n’allez pas réaliser des exploits.
  
     
Alors quand vous venez de votre propre futur de retour dans votre expérience choisie de ce que vous appelleriez votre passé, mais c’est en fait votre évolution, alors vous n’avez pas à vous inquiéter de choses comme l’accomplissement, l’abondance, la guérison, et ces autres choses. Ce que vous voulez est déjà là qui vous attend.       
Ce genre d’étrangeté… le mental n’aime pas beaucoup, mais imaginez vous libres et ayant déjà ascensionné, ou comme vous voulez l’appeler. Vous êtes déjà le Je Suis, et maintenant vous êtes libres dans le moment non linéaire pour expérimenter de la façon dont vous voulez l’expérimenter.       
Tout ceci se relie avec la discussion du mois dernier sur keahak.

      
Appeler l’énergie

Je vous ai dit auparavant qu’il y avait une zone d’énergie qui attend de vous servir en ce moment, un grand réservoir, où il y en a tellement qu’elle ne pourra jamais vraiment s’épuiser. Il y en a tellement que vous pourriez engloutir tout ce que vous voulez, il y en aura toujours plus qu’assez pour tous les autres. Ce concept de limitations, « il n’y en a pas assez, » est une vieille énergie tellement constrictive. Il y a en a beaucoup.

      
Donc il y a cette grande zone d’énergie autour de vous en ce moment, qui attend d’être activée, d’être appelée pour vous servir, appelée dans votre réalité.       
Comme je l’ai dit le mois dernier, le mental - vos pensées – elles ne se chargent réellement pas beaucoup. Il n’appelle pas vraiment beaucoup d’énergie. En particulier parce que le mental en soi est si limité, il appelle seulement des quantités limitées d’énergie.       
Le mental, jusqu’à maintenant, a cru aux limitations, et donc quoiqu’il fasse, il a toujours construit dans le paramètre des limitations. Est-ce que ça vous parle ? (certains disent « oui "). Bien, parce que Cauldre est vraiment perdu. (Rires étouffés d’Adamus). Je lui ai dit que ce n’était pas un travail facile.

      
Donc le mental croit en ces limitations. Mais comme nous nous transformons en un corps de conscience, vous n’avez pas besoin de combattre votre mental. Vous avez simplement besoin de le laisser s’intégrer en vous.       
Les émotions et le drame appellent plus d’énergie. L’énergie n’est que ces petites particules qui reposent dans le neutre, garées comme des voitures sur le bord de la route – attendant d’être activées. Et une fois activées, elles peuvent aller en avant, en arrière, mais aussi sur les côtés, en haut et en bas.

      
Donc ces particules d’énergie attendent. Bien, le drame et l’émotion ont plus de charge que le mental. C’est pourquoi les humains ont tendance à employer beaucoup de drame et d’émotion – cela active dans leur vie des particules hors du neutre. Alors elles viennent parfois hurler dans leur vie, avec parfois des résultats douloureux, inconfortables, imprévisibles - imprévisibles au mental -, et alors ils n’’aiment pas ça. Ils se coupent d’elles. Ils entrent dans un conflit avec leur mental et disent, « je n’aime pas tout ce truc émotionnel. Coupons-nous de ça. »       
Ils se coupent d’elles et l’énergie se tarit, se trouve dans une sorte de point mort, et ils sont comme : « non, j’ai besoin de quelque chose. Je dois sentir quelque chose, » donc ils rallument l’émotion, et vous savez tous ce que c’est. Vous avez eu des temps très émotionnels, et quand cela se calmait, quand les choses commençaient à se stabiliser, vous rallumiez les émotions. Vous appeliez l’énergie pour satisfaire les émotions, et vous vous en plaignez.       
Les énergies du cœur véritable, ces énergies d’essence profonde, sont celles qui appellent vraiment beaucoup d’énergie, si vous êtes disposés à aller là, si vous êtes disposés à découvrir ce qu’est le cœur véritable. Ce qui est dans le cœur vrai n’est probablement pas ce que vous avez imaginé ou avez fait dans le drame. Le cœur véritable est vrai. Il est universel. Il est que ressenti.

      
Alors la question vient, qu’est il arrivé le long du chemin ? Pourquoi n’est-il pas plus présent ? À un certain point dans ce voyage humain, là où vous avez commencé à croire au passé, vous avez commencé à vous accrocher à cette histoire, vous avez commencé à vous focaliser sur ce qu’il s’est passé, alors vous avez commencé à vous focaliser sur vos blessures, vous avez commencé à vous focaliser sur quelque chose de très linéaire, cela ferme la perception de votre cœur véritable, de votre âme. Elle est toujours là, mais vous vous êtes entraînés à l’ignorer. Quand elle essaye de venir en avant, vous êtes un ninja entraîné à la réprimer, à feindre qu’elle n’est pas là. Mais elle est là. Elle est là en ce moment. Vous voyez, nous sommes dans une réalité différente maintenant - nous n’avons pas suivi une réalité linéaire aujourd’hui, nous sommes quelque part ailleurs - alors dans cette réalité vous pouvez ressentir votre vrai coeur.


      
Une partie du problème est que vous avez quand même traîné votre cerveau ici, mais vous ne l’utilisez pas autant que vous le faites d’habitude.

      
Le Cœur Véritable

Alors qu’est-ce que vous voulez expérimenter ? Et c’est une question de ressenti. Qu’est-ce que c’est ?       
Vous savez, quand je pose cette question parfois - que voulez-vous ? – J’ai comme réponse « un million de dollars. » Eh, correct, bien, mais vraiment, entrez profondément dans le cœur vrai, dans vos vrais ressentis, qu’est-ce que vous voulez ? Il y en a qui disent des choses très matérielles, et tout est correct, mais ce n’est pas nécessairement très important.

      
Nous sommes dans, en fait, une conscience beaucoup plus réelle dans l’espace en ce moment. Nous avons juste un peu sauté du vieux chemin linéaire. Qu’y a-t-il dans votre cœur véritable ? Voudriez-vous le ressentir en ce moment ? Ressentez-le. Qu’y a-t-il dedans ? Qu’est ce qui vous donnerait la joie de l’expérience ?       
Qu’est ce qu’il y a là dedans ? Prenez une profonde respiration.       
(pause)       
Et maintenant prenez une autre respiration profonde et partons maintenant un peu plus loin hors du temps, hors de votre passé, et hors de votre futur annoncé. Qu’est ce qu’il y a vraiment là ? Quelle est la joie ?       
(pause)       
Quand vous entrez dans le cœur véritable, d’ailleurs, votre tête n’essaye pas de le comprendre. Vous entrez dans le ressenti absolu – ce qui veut dire sensation – dans une expérience sensuelle. Qu’est ce qu’il y a là ?

      
(pause)

      
Quand vous allez dans le cœur véritable, qu’est ce qui vous incite à chanter, à vous expanser et à danser. Qu’est ce qui fait vous sentir libres ?       
(pause)       
Quand vous ressentez votre cœur véritable - ne pensez pas, mais ressentez - quand vous ressentez votre cœur véritable, qu’est ce qui vous donne la liberté ?

      
(pause)       
Prenez une respiration profonde. Continuez à respirer dedans.
  
     
Si vous pensez, laissez aller cela.

      
Je parle du ressenti qui rend votre ventre chaud, qui dilate votre poitrine, et il n’y a pas forcément de mots pour le définir.

      
Quand vous entrez dans votre cœur véritable. Qu’est ce qui vous donne la liberté ?

      
(longue pause)

      
Et si vous vous dites, « je ne sais pas, » c’est correct, vraiment. C’est peut-être une première étape que vous ne connaissez pas, parce que je parle de le rendre mental. C’est un ressenti absolu, et cela peut prendre des mois, peut-être un an ou deux, avant que vous puissiez mettre des mots là-dessus. Et c’est en fait une bonne chose, parce que s’il vous plait, revenez dans cette expérience qui vous donne la liberté. Retournez dedans - plongez de nouveau en elle - sans essayer de mettre des mots dessus jusqu’à ce que vous le ressentiez en vous ; jusqu’à ce que vous ressentiez comme un volcan qui vient ; jusqu’à ce que ce ne soit pas en haut ici, Ours qui rit, jusqu’à ce que ce soit exactement là ; jusqu’à ce que votre corps entier s’embrase ; jusqu’à ce que ça déborde et que vous ayez envie de vous lever et de danser. Et quand quelqu’un dit, « Pourquoi est ce que tu danses ? » « Je n’en sais fichtre rien. Ça n’a pas d’importance ! » (rire). C’est comme ça, vous voyez. Ce ressenti - pas d’ici (la tête) mais ce ressenti - appelle l’énergie en doses énormes. En doses énormes.

      
Et à partir de là, une fois que vous vous connectez là, tout le reste devient en quelque sorte accessoire, mais sont en fait des choix très faciles. Argent ? Aucun problème. Santé équilibrée ? Aussi facile que la prise d’une respiration.       
Les vraies relations - pas les fausses relations, vous en avez assez - sont les vraies connexions avec les autres personnes, les personnes qui vont vous stimuler et vous encourager, les personnes qui vont répondre à qui vous êtes vraiment, et non pas répondre à qui est votre passé. Vous savez, c’est vraiment une chose pourrie d’attirer les personnes qui répondent à votre passé. Elles ne vous répondent pas, elles répondent à votre passé. Elles sont sur cette corde du temps et vous commencez à les traîner. Mais imaginez, juste en prenant facilement une respiration, les personnes qui sont sensibles à votre être souverain entrent dans votre vie, plutôt que des personnes qui viennent en raison d’un vieux karma misérable. C’est une chose merveilleuse.

      
Keahak

Nous avons parlé de keahak, qui signifie l’énergie dans le flux, dans le mouvement, dans l’action. Ça veut dire l’esprit, vous, dans l’expérience. Vous avez mis les deux ensemble, c’est très, très dynamique.

      
Dans cet état de keahak, connectés à vos vrais ressentis, pas ici (tête), mais ici (coeur), je vous pose la question que vous vous poserez plus tard, qu’est ce qui vous rend libres ? C’est une bonne question, pour entrer dans votre ressenti. Qu’est ce qui vous rend libres ?

      
EDITH : Pourriez-vous nous donner un conseil ? (rire)       
ADAMUS : Non - en un mot. Ce serait ma découverte pas la vôtre. Ce serait ce que je voudrais que vous expérimentiez.       
Qu’est ce qui vous rend libres - et pas d’un point de vue humain ; d’un point de vue de l’essence – qu’est ce qui vous rend libres ?

      
EDITH : Bien, je pensais à l’amour inconditionnel et la confiance en soi.
  
     
ADAMUS : Ah, c’est un bouquet de makyo. C’est du makyo total. Parce que vous savez, en fait…       
LINDA : Whoa, whoa. Pourrions-nous répéter pour que les gens puissent entendre cela ?       
EDITH : Bien, il a dit que c’est makyo.       
ADAMUS : (rire). Ouais.       
LINDA : Vous avez le micro, vous pouvez parler avec.       
EDITH : Bien, je ne veux pas dire que le makyo est fini. J’ai dit, cela pourrait-il être confiance et amour inconditionnels pour nous-mêmes ?       
LINDA : De que parlez-vous ?       
EDITH : De la question qu’il a posée.       
ADAMUS : Qu’est ce qui vous rend libres.       
EDITH : Ouais.       
ADAMUS : Et la raison pour laquelle je dis ça, Edith, c’est que c’est makyo parce que je peux le voir et je pense que les autres le peuvent aussi, ça vient d’en haut ici. Ça vient d’un beau cliché.       
EDITH : Mais il y a un beau sentiment ici aussi.

      
ADAMUS : Bon. Bon, et alors c’est là où vous voulez jouer - dans ce beau sentiment qui est ici, pas là haut. Jouez là dedans. Laissez même les mots, parce qu’il y a beaucoup plus que cela. Il y a plus de profondeur et de sens.       
Cela amène des volumes d’énergie dans le moment. Et dans ce moment - arrivant à l’essentiel de tout ceci - alors vous pouvez faire les choix pour les choses plus quotidiennes dans votre vie. Soudain, vous réalisez ce que cela veut réellement dire… eh, je n’aime pas ce mot, Cauldre. Qu’est ce qui met en évidence le meilleur de votre essence dans cette expérience physique et sensuelle ?
  
     
Alors tout le reste est plutôt accessoire. Puis vous … littéralement, vous commencez juste à diriger des énergies, juste comme cela (il fait une démonstration avec ses mains), vers l’argent, vers la santé, vers l’intégration du corps/mental/esprit, vers les relations. Une sorte de choses de magicien. Vous savez, certains utilisent un écran tactile, je vois. Mais c’est encore plus facile que ça. Juste - whoosh ! – ça amène les énergies dedans pour remplir ceci.

      
Et parce que vous réalisez tout à coup que vous n’allez pas vous faire piéger dans des addictions humaines, que vous n’allez pas vous faire attraper dans de vieux modèles humains - parce que le passé ne s’est pas produit de toute façon, pas de la façon que vous pensez qu’il l’a été - soudain vous n’avez aucune peur d’être piégés dans les vieilles routines. Alors vous êtes tout à coup outranciers dans le fait d’affecter des énergies à différents endroits.
  
     
Et ne vous inquiétez pas de blesser les autres, vous n’allez pas les blesser. Vraiment. Vous ne les blesserez pas. Si vous avez peur d’être égoïstes, vous ne le serez pas. Vous pouvez distribuer l’argent comme je viens de le faire, sans vous inquiéter – c’est l’argent de Cauldre, pourquoi devrais je m’en inquiéter (rires car il distribue plus d’argent) - sans vous inquiéter, parce que - whoosh ! – vous en ramenez plus. Vous n’avez pas à vous inquiéter d’être hédonistes. Je pense que certains en ont peur. « Et si je laissais aller ? Je vais être un hédoniste. » Alors soyez le. Expérimentez que vous allez être piégés dedans. Vous ne le pouvez pas. Vous ne le pouvez pas. Vraiment. Ça va même être difficile d’être piégés dans les causes, et je sais que beaucoup d’entre vous ont réellement apprécié cela jusqu’à présent, mais vous n’allez pas être rattrapés par ça. Vous allez l’apprécier maintenant. Vous allez être dedans.

http://www.cerclecramoisi.com/spip.php?article300

http://www.cerclecramoisi.com/#

      
Back to top
Publicité







PostPosted: Fri 6 May - 07:32 (2011)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Maori
Guest


Offline




PostPosted: Fri 6 May - 08:37 (2011)    Post subject: Keakak 2 Reply with quote

z'avez vu çà ..........

la clé shaumbra qui a libéré bien des choses en moi, en 2008, par Tobias




 
Quote:




      

L’ironie, Edith, c’est qu’une fois que vous faites ça, que vous l’appréciez vraiment et que vous devenez encore sensuels, - c’est l’ironie - alors vous voulez rester. Ah, ah, aha. Vous dites, « mais non, je veux partir, alors c’est une énigme. » Pas du tout. Pas du tout, parce qu’il y a une nouvelle classe d’êtres ascensionnés qui reviennent ici. C’est un peu difficile à expliquer, mais, vous voyez, quand ils ascensionnent, ils n’ont pas à revenir, mais cela leur permet en fait de revenir, alors ils reviennent et ils ne seront jamais coincés. Ils reviennent, comme Tobias l’a fait, non pas parce que le monde a besoin d’être sauvé, non pas parce qu’il va apporter une profonde sagesse – ce qu’il va faire - mais parce qu’il a été si coincé, je veux dire, un juif coincé (rires), pendant longtemps. Pendant très très longtemps
















Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    LES ENFANTS DE L'UN Forum Index >>> SPIRITUALITE >>> CANALISATIONS All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  


Portal | Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Thème réalisé par SGo