LES ENFANTS DE L'UN Index du Forum LES ENFANTS DE L'UN
BONJOUR ÊTRETÉ ! La route de l'Unité, de la fusion avec le SOI s'ouvre à nos cœurs ardents et nos yeux émerveillés
 

   FAQ  -  Rechercher  -  Membres   -  S’enregistrer   Connexion
Shoud 1 ~ VIVRE SA CONSCIENCE ~ 6 août 2011

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LES ENFANTS DE L'UN Index du Forum >>> SPIRITUALITE >>> SHAUMBRA
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Célébriän
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2011
Messages: 2 082
Localisation: Paris
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Poissons (20fev-20mar)
Signe Chinois: 兔 Lapin

MessagePosté le: Dim 6 Nov - 15:42 (2011)    Sujet du message: Shoud 1 ~ VIVRE SA CONSCIENCE ~ 6 août 2011 Répondre en citant

 
Citation:

Présenté au Cercle Cramoisi
le 6 août 2011




http://www.cerclecramoisi.fr/spip.php?article314
VIVRE SA CONSCIENCE
  
Je Suis Ce que Je Suis, Adamus, votre BFF spirituelle . (rires et applaudissements) Big Fun Family ! Best Friends Forever. (La Famille de Grand Amusement) (Meilleurs Amis pour Toujours.)

Ah, chers Shaumbra, chers Shaumbra. Je dois faire attention à ce que je dis aujourd’hui. Oui, je le fais vraiment parce qu’ils me regardent. Je crains d’être dégradé de AAA à AA, Adamus Ange Ascensionné à Ange Adamus. Donc... vous ne savez jamais qui ils vont déclasser encore. (se référant à la récente rétrogradation de la notation de crédit américaine) Écœurant, mais combien approprié. Bien, nous allons parler de ça et d’autres belles choses aujourd’hui.

Je suis heureux que vous soyez là. Je suis vraiment heureux que vous soyez là. Et, oui, ceux d’entre vous qui regardez sur Internet, très heureux que vous nous rejoigniez aujourd’hui, parce que le message d’aujourd’hui, je voudrais dire, va être historique. (quelques applaudissements) Ouais ! J’ai dit cela. Vous ne pouvez pas dire cela ; j’ai dit cela.

Le message d’aujourd’hui va aller au cœur de certaines choses. Je vais dire beaucoup de mots aujourd’hui, mais à la fin, je vais les emballer tous, les ficeler dans un joli paquet bien rangé, en faisant quelque chose de très simple et de compréhensible pour que tous ceux -tous ceux qui sont ici- puissent comprendre.

Donc, chers Shaumbra qui sont réunis ici, en cette chaude et belle journée, il est 15:07. Savez-vous où est votre conscience ? (rires) Savez-vous où est votre conscience ? Vous avez un indice ? Une idée ? La moindre idée de l’endroit où est votre conscience ? Sart ? Merci pour les T-shirts.

Sart : Ici même.

Adamus : Ici même, mais c’est quoi ? C’est quoi ? Nous allons entrer dans ça aujourd’hui. Nous allons prendre du plaisir avec eux aujourd’hui.(s’adressant à Zapharia) Donc, prenons une profonde respiration alors que nous commençons ce jour.

Pourquoi Vous êtes Ici

Donc, la question est, alors que nous roulons jusqu’ici, pourquoi êtes-vous là aujourd’hui ? Pourquoi êtes-vous ici ? Laissez-moi répondre. Vous êtes ici parce que c’est un temps et un endroit pour se détendre, tout simplement, pour être dans un espace sacré. Oh, je parle beaucoup et je fais certaines singeries... adorable chapeau. (il prend le chapeau de quelqu’un) Je pense que c’est un gardien. C’est un gardien. (il le met) Une sorte de Français... oui, absolument.

Pourquoi êtes-vous ici ? Pour voir ceci. (ajustant le chapeau) Il a une si grosse tête. Mon prochain canal devra avoir une petite tête.

Donc, pourquoi êtes-vous ici ? Pour prendre quelques heures pour sortir de toute la tension, toute l’angoisse qui est là dehors, de toute cette énergie qui est en chaos. Vous venez ici pour quelques nouvelles et mises à jour, vous venez ici pour être en famille -c’est une bonne famille. Vous venez ici car ainsi vous pouvez vraiment vous détendre, et c’est ce que je vous invite à faire dès maintenant. Vous détendre tout simplement. N’essayez pas de comprendre tout le matériel qui est ici. Vous pouvez revenir et le lire plus tard, mais vous n’en aurez probablement pas besoin.

Vous n’avez pas besoin de pousser quoi que ce soit ici. Vous n’avez pas besoin d’essayer. Vous n’avez pas besoin de forcer quoi que ce soit. La chose agréable à être ici est que vous pouvez prendre une profonde respiration, tout simplement. Il n’y a rien qui vous pousse. Vous n’avez pas besoin de repousser quoi que ce soit d’autre. C’est notre moment -moi-même et les autres êtres- c’est notre temps pour faire le travail, pour faire la facilitation, bien, de la respiration, du déplacement d’énergie, d’en décoincer certaines.

Vous n’avez pas besoin d’essayer de comprendre quoi que ce soit ici. Vous pouvez vous asseoir, tout simplement, comme pour vous détendre, comme pour regarder un spectacle de télévision à la maison. Mais au lieu d’avoir des énergies déséquilibrées dirigées directement vers vous, vous pouvez vous installer confortablement et vous détendre, et vous permettre tout simplement -à votre soi- de faire ce qu’il sait déjà faire.

C’est notre répit à cet endroit. C’est notre petite île, belle et sacrée, loin de tout le bruit, de la confusion, des énergies et des angoisses là-dehors. Alors, vous pouvez prendre une profonde respiration et le laisser tout simplement faire son propre truc. Je vais vous divertir, espérons-le, un petit peu, pendant que vous laisserez vraiment beaucoup l’autre travail prendre place.

Il y a ceux qui travaillent avec moi, et nous regardons s’il n’y aurait pas juste un petit déséquilibre énergétique qui passe ici parce que vous entrez dans ce mental, Anne, et vous pensez beaucoup trop. Nous voyons qu’il y a un petit déséquilibre énergétique, et nous passons et vous invitons littéralement à prendre tout simplement une profonde respiration et tout simplement vous détendre et cesser de tant vous en soucier, de permettre tout simplement au processus naturel du Dieu à l’intérieur de vous de prendre place.

Vous voyez, la partie humaine -ceci est destiné à tout le monde- mais la partie humaine essaie de comprendre et de résister et ne peut pas faire face, elle devient tellement intense et coincée à ce propos que vous rentrez plus profondément dedans, tout simplement. Si vous pouviez juste prendre une profonde respiration, dès maintenant, et vous détendre, cela se ferait tout seul, tout simplement.

Souvent, les gens demandent « Quels sont les secrets ? Quels sont les mystères ? » La simplicité, en fait. La simplicité est le secret. Prendre une profonde respiration et avoir confiance en vous, vous aimer sans les « si », « et », ou « mais ». Comprendre que toutes les choses dont vous avez besoin sont déjà là. Vous les avez déjà mises sur le chemin, bien avant que vous arriviez dans cette vie-ci. C’est déjà là.

Vous connaissez cette partie de vous qui est redescendue de l’ascension, qui est déjà ascensionnée, qui a déjà créé, en fait, cette sorte de chemin pour vous, si vous choisissez de suivre ce chemin droit, simple et facile. Cette partie, qui est vraiment vous, a déjà mis toutes les choses dont vous avez besoin sur ce chemin. C’est juste la question de : allez-vous vous autoriser à en être conscients ? Allez-vous tout simplement prendre une profonde respiration et réaliser que c’est facile ? C’est aussi facile que ce chemin qui passe ici au milieu (se référant à l’allée centrale dans la pièce). C’est aussi facile que de juste observer et être conscient que chaque outil, chaque chose, chaque réponse est déjà là.

Oh, vous pourriez, si vous voulez, vous pourriez prendre le chemin difficile (il commence à marcher dans une rangée de personnes). Vous pourriez, bien, ce n’est pas si mal ; il s’agit d’une expérience. Si vous aimez expérimenter en rampant au milieu des gens, alors qu’ils projettent sur vous une sorte d’énergie négative, comme « C’est quoi ce bordel que tu fous à ramper partout ? » (rires) « Tu vas marcher sur mon sac et marcher sur mes orteils » Désolé Paul. Ouch ! Ou vous pouvez juste prendre ce chemin facile.

Ou... nous avons ici une proposition intéressante, parce que certains d’entre vous regardent ce chemin facile et disent « Bien, c’est juste trop facile. » Vous le dites. Je vous parle de ça tout le temps. Vous dites « Mais n’est-ce pas prendre le chemin de la lâcheté ? » Bien, pas vraiment. Vous dites « N’est-ce pas juste trop facile ? Je veux un peu d’excitation dans ma vie. » Bien, vous savez, vous pouvez mettre ensemble un chemin relativement facile et toujours avoir de merveilleuses choses excitantes qui arrivent. Mais des choses qui ne vous submergeront jamais, qui ne vous mettront jamais dans la confusion, qui sont vraiment joyeuses et de vraies expériences.

Donc, prenons une profonde respiration avec ça. Vous êtes ici pour un petit moment de répit.
Qu’est-ce qui se passe ?

C’est un monde intense là-bas, en ce moment. Nous en avons parlé - je dis « nous » d’une façon très générale- chacun des Maîtres qui a... c’est un drôle de mot. Je n’aurais jamais voulu me donner cette étiquette. Vous savez, tout ce que j’ai fait a été de le simplifier, de le sublimer. Nous avons parlé de ça en Australie. Ils aiment les choses distillées, aussi j’ai dû employer ce mot. (rires) Ça en a fait des tonnes. J’ai dû trouver ce lien commun et... (riant)

Nous avons parlé de sublimer des choses jusqu’à la base, les énergies du noyau de base. Le simplifier, et pas le faire venir d’ici (tête). Vous ne simplifierez même jamais rien depuis ici. Ce petit système appelé votre cerveau a été spécifiquement conçu et programmé pour la confusion. Cela rend votre cerveau heureux. Ça le fait chanter. Donnez-lui un puzzle -il va le faire. Pourquoi les gens font-ils des mots-croisés puzzles ? Pourquoi ? Le cerveau !! Ça lui donne un peu d’exercice. Pourquoi jouent-ils au solitaire toutes les nuits ? Pourquoi font-ils ces choses ? Le cerveau aime la complexité, et c’est très bien, à moins que vous pensiez que vous êtes votre cerveau. Alors, votre vie va être remplie de confusion et de complexité, de puzzles, de devinettes, de défis, jusqu’à ce qu’il vous broie, qu’il vous use et que vous vous pointiez alors ici. Et vous réalisez alors que cela pourrait être simple. Cela pourrait être tout ce que vous choisissez.

Donc, chers Shaumbra, c’est difficile là-bas, et nous avons parlé de ça pendant longtemps. Je suppose que vous pourriez dire que c’était prophétisé. Vous savez, je ne pense pas grand chose de la prophétie, parce que cela fait rentrer dans des royaumes de charlatan parfois. Et si quelqu’un suivait vraiment les prophéties, ils trouveraient qu’il y en a beaucoup qui ne deviennent pas vraies. Beaucoup de prophéties sont remplies de drame. Mais si quelqu’un pouvait distiller la conscience et l’énergie, pouvait la regarder d’une façon très simple, vues il y a 1 000, 2 000 ans, 5 000, 10 000 ans, ils arriveraient à la même conclusion basique : l’humanité va, à un moment ou un autre, traverser une énorme évolution. Il y aurait plus d’êtres incarnés sur Terre que jamais auparavant -le plus haut niveau de population- combiné avec de nouveaux êtres qui arrivent des autres royaumes, qui ne sont jamais venus sur Terre auparavant, combiné avec la Nouvelle Énergie, combiné avec un tas de chaos, le tout en même temps.

Ce serait un temps de transformation énorme sur cette planète ; une transformation qui ne vient pas de la destinée mais qui vient du choix des humains, ceux qui ont dit « Nous sommes prêts pour quelque chose d’un peu différent. Nous sommes prêts à vivre comme des Maîtres sur Terre plutôt que d’aspirer à être, plutôt que d’aller d’incarnations en incarnations. Nous sommes prêts à vivre ici, en présence, conscients et joyeux. »

Donc, nous cassons - vous cassez- beaucoup de ce vieux truc du passé en ce moment. Mais comme ils ont dit -ils étant Kryeon et Seth, et Ramtha, et Tobias, et Kuthumi- ils ont dit que pendant longtemps il allait y avoir cet énorme stress et cette bagarre. Beaucoup de ces vieux systèmes s’écroulent alors qu’ils font de la place pour les nouveaux systèmes. En particulier, vous et les autres êtres d’esprit conscients sentez ces effets plus que quiconque. Pourquoi ? (quelqu’un dit « Parce que nous sommes sensibles « ; quelqu’un d’autre dit « Conscients ») Sensibles et en état de présence à soi, c’est absolument correct, parce que vous êtes plus conscients. Vous êtes plus conscients que la plupart des autres. C’est une bénédiction et c’est une malédiction. La bonne nouvelle, c’est que vous êtes plus conscients. La mauvaise nouvelle est que vous ne pouvez pas faire marche arrière. Vous pouvez courir, mais vous ne pouvez pas vous cacher. Vous avez essayé les deux. (en riant) Vous avez essayé les deux.

Donc, nous avons parlé pendant longtemps de l’écroulement des vieux systèmes. Les vieux systèmes sont des choses comme les finances. Les finances, que se passe-t-il en ce moment ? Écroulement total. Écroulement total. Maintenant, nous avons posé des questions aux séminaires précédents, quand et si le monde de l’économie allait s’écrouler. Je vais vous dire quoi. C’est arrivé il y un an ou deux. Ça s’est déjà écroulé. Personne n’est venu à la fête. Personne ne l’a vraiment su. Quand je dis que cela s’est écroulé, cela signifie que les principes fondamentaux qui sont derrière les systèmes financiers sont déjà détériorés. Ils sont étayés par un petit peu de foi, beaucoup d’espoir et par les gens qui sont très engagés dans les vieilles manières. Mais, d’une certaine façon, ils ont déjà pris fin.

Le nouveau système -un système beaucoup plus équitable, un système à l’énergie beaucoup plus équilibrée et un système absolument beaucoup plus conscient- est déjà en cours de développement, déjà dans le processus de sa conception et de sa construction en ce moment. Ce n’est pas seulement un espoir ou un rêve. C’est en train de se faire.

Vous dites « Où ? Quelque part à Zurich ? » Non, ici même. Et vous dites « Mais Adamus, la dernière chose que nous sommes, c’est d’être des experts financiers. Souvenez-vous, nous avons des problèmes financiers ! » (rires) Y a-t-il mon bouton pour rire, aujourd’hui ? Non. Okay. Nous n’en avons pas besoin. Nous n’en avons pas besoin. Nous allons rire jusqu’à ce que les larmes vous sortent des yeux, aujourd’hui, ou quelque chose jusqu’aux larmes va sortir de vos yeux.

Vous n’avez pas besoin de connaître les détails. Vous n’avez pas besoin de rentrer dans ces structures mentales. Vous êtes déjà en train de le créer, que vous le croyiez ou non. Vous n’êtes pas en train de le vivre, mais vous êtes en train de le créer.

Il y a quelque chose, au fond de vous qui dit « Hé, ce n’était pas favorable. Hé, ça ne fonctionne plus. Il doit y avoir une meilleure circulation énergétique. " Vous n’avez pas besoin de connaître les actions et les obligations, et vous n’avez pas besoin de connaître les bons du Trésor.

Soit dit en passant, je suis amusé. Est-ce que l’un d’entre vous l’a compris ? Ici, nous avons ces agences de cotation. Maintenant, vraiment, les choses sont parfois tellement flagrantes que les gens n’adhèrent pas. Donc, « Standard et Pauvre » pour l’un. « Morose » pour un autre. Et ce qu’est l’autre – « Furet » Furet. Ça sonne comme quelqu’un qui sort quelque chose de vos poches. « Je vais juste fureter un peu ici et elle ne le saura jamais. » Quels sont les styles de noms pour les grosses agences de crédit de bonne réputation, celles qui décident des cotations pour les gouvernements et les grosses sociétés... ? « Standard et Pauvre ». Que diriez-vous d’Ambitieux et d’Abondant ? Ça pourrait être un meilleur nom. Au lieu de Morose, que diriez-vous d’Heureux ? La Cotation Heureuse de Crédit ? Ça sonne plutôt Asiatique. Donc... ouais, quelques-uns d’entre vous l’ont compris ici. Donc, chers Shaumbra, il y a tellement de choses qui se passent en ce moment.

Maintenant, d’un côté, je suis vraiment heureux à propos de ça. Si ça ne se passait pas, je suppose que je serais un petit peu déçu -pour vous ; pas pour moi, mais pour vous, ce qui signifie que s’il n’y avait pas assez de choses qui se passent, ici et là, dans l’état de rêve, en d’autres termes, si les énergies ne bougeaient pas vraiment, si elles étaient vraiment coincées, nous aurions une discussion tout à fait différente en ce moment si les énergies étaient vraiment, vraiment coincées.

Excusez-moi aussi longtemps que vos appareils à moteur, juste... (il éteint un ventilateur), ça et vos téléphones portables, ughh.

Donc, nous aurions une discussion différente -elle veut le ventilateur- à propos de l’énergie vraiment coincée. Mais en fait, elle ne l’est pas. Elle se déplace très rapidement. Les résultats que vous lisez à ce propos dans le journal, je sais que cela vous fait peur, et cela ne devrait pas, en fait. Maintenant, ne soyez pas aveugle à ça non plus. Ne... (le téléphone de quelqu’un sonne) Kryptonite. (rires alors qu’il vacille en arrière) Je le sens. Oh ! (en s’asseyant) Je vais perdre connaissance ici. (rires, Adamus rit).

Linda : S’il vous plaît, éteignez vos téléphones portables. Adamus n’en est pas un très grand fan. Ils ne vont pas être jolis.

Adamus : J’aime les laver, leur donner un petit baptême. (il marche vers Kathleen avec le verre)

Linda : Posez ça !

Adamus : Peu importe où ils sont.

Kathleen : J’étais en train de l’éteindre ! (Adamus glousse et repose le verre)

Linda : Non, c’est de la limonade. Vous ne voulez pas qu’il fasse ça.

Adamus : Mais cela a bon goût.

Donc, où en étions-nous ? Oh, l’énergie coincée. Nous aurions une discussion tout à fait différente. Le fait est qu’elle est en mouvement. Elle cause des tas de drames là-dehors, et beaucoup de gens rentrent dans la panique, pas sûrs de ce qui se passe après. Oh, et tous les faux-prophètes qui sortent en ce moment, et je les appelle vraiment des faux. Tous les chercheurs de drame, tous ceux qui se gavent d’énergie, tous les égoïstes tendent à sortir d’un peu partout. Vous allez en voir de plus en plus de plus en plus. Scénario de fin du monde, théories de conspiration. S’il vous plaît, Shaumbra. Il va y avoir, maintenant, un petit peu une tendance pour certains d’entre vous à entrer dans les théories de conspiration. Ça ne l’est pas. Ça ne l’est pas.

En fait, je l’ai dit avant, mais je vais le répéter ici -et je veux le dire sincèrement- les leaders politiques de ce monde- et il y en a vraiment très peu que je voudrais appeler leaders- les leaders politiques de ce monde ne sont pas suffisamment intelligents pour faire une conspiration. Ils ne le sont vraiment pas. (rires) Ils ne le sont véritablement pas. (quelques applaudissements) Ils sont tellement submergés avec leur camelote, avec leurs égos et leurs agendas, qu’ils ne peuvent s’élever à un niveau de clarté et de simplicité pour mener à bien une conspiration.

Les autres dont vous penseriez qu’ils conspirent, qui ont beaucoup d’argent et en veulent plus, en fait, je vous dirai quoi. Ils cherchent à aller ailleurs avec leur argent. Ce sont ceux qui investissent dans le tourisme de l’espace. Ils ne veulent pas la planète. Avec tout l’argent qu’ils ont, ils réalisent qu’ils ne veulent pas des problèmes d’ici.

Pourquoi ? Pourquoi ? Donc, un grand nombre d’entre eux réalisent que vous pouvez avoir tout l’argent du monde et vous avez toujours à supporter un tas de trucs qui se passent. En fait, ils utilisent -et c’est un fait- il y a des groupes de gens riches qui utilisent leur argent pour créer des contacts extra-terrestres afin de quitter cet endroit. Et ils en ont parlé. Ils ont toutes sortes d’autres agendas -la vie éternelle et le sexe extraterrestre, et toutes ces autres choses. Ils utilisent leur argent pour l’exploration extraterrestre. Maintenant, j’aimerais leur tomber dessus parfois et leur dire réellement une chose ou deux sur les extraterrestres, mais bon, nous allons les laisser avoir leur plaisir.

Donc, de toute façon, beaucoup de choses se passent sur cette planète, beaucoup d’énergies, et vous allez continuer de le voir pendant un moment. Le grand changement, quel que soit le nom dont vous l’appelez. Souvenez-vous -je dois le souligner, je veux le souligner dix fois - cela n’est pas à propos de vous. Peu m’importe combien vous pensez que ça l’est, vous essayez de tenir bon et de prétendre que ça l’est, ce n’est pas à propos de vous. Ça ne l’est réellement pas. Non.

Une partie de vous prend sur elle beaucoup de cette situation. Vous prenez ces... Vous êtes un gros récepteur et transmetteur d’énergie. Vous êtes un récepteur psychique. Vous ramassez tous ces trucs qui se passent là-dehors comme si c’étaient les vôtres. Vous les camouflez.

Vous en faites une sorte de reconstruction ; Vous les déguisez pour prétendre que c’est un problème émotionnel, pour prétendre que c’est votre problème d’abondance, ou votre problème de relation. Ça ne l’est pas. Combien de fois nous faudra-t-il le dire ? Un grand nombre, parce que vous continuez à penser « Bon, Adamus doit parler à Timothée, pas à moi. Adamus doit parler aux autres car je continue à avoir tous ces problèmes. » Ce ne sont pas les vôtres.

Vous êtes des êtres très sensibles à un certain niveau, vous ressentez ce qui se passe, mais vous faites cette torsion une fois que cela arrive vers vous, en prétendant que cela est vôtre. Certains d’entre vous passent encore par la théorie selon laquelle « Qui seriez-vous si vous n’aviez pas de problèmes ? » Vraiment. Les problèmes -l’ensemble des problèmes que vous disposez en face de vous, avec lesquels vous vous réveillez chaque matin et vous vous couchez chaque soir- vous rappellent que vous êtes en vie, et donnent à votre cerveau quelque chose avec quoi s’occuper. Cela vous donne de l’émotion et du drame.

Oh, je sais qu’une partie de vous jure, maudit et dit « Je veux en finir avec ces problèmes », ne crachez pas sur moi, mais vous devez les vouloir, sans quoi ils ne seraient pas là. Réellement. Réellement. Si vraiment vous ne vouliez pas de ces problèmes, ils ne seraient réellement pas là. Donc, je l’ai dit l’an dernier, je l’ai dit l’année d’avant... (Linda tient un chapeau en face de lui)

Linda : C’est un bouclier, ainsi personne ne peut vous frapper.

Adamus : Non, juste... ici, vous vous tenez ici. (rires alors qu’il se tient derrière elle) Donc...

Je l’ai dit l’an dernier, je l’ai dit l’année précédente. S’il se passe quelque chose dans votre vie, sur une base répétitive, si c’est quelque chose qui se passe, cela doit être quelque chose que vous aimez à propos du jeu. Rentrez dedans -vous êtes le chef, vous êtes le créateur- qu’est-ce que vous aimez réellement à ce sujet ? Parce que c’est pourquoi c’est là. Il n’y a pas d’autre raison. Cela ne vous est pas infligé de nulle part ailleurs par qui que ce soit d’autre, y compris, je voudrais dire, y compris par vos aspects, parce que si c’est là, même si un aspect qui le crée, vous laissez cet aspect le créer. Vous laissez cet aspect s’amuser de vous. Vous laissez cet aspect vous empêcher réellement d’être votre propre BFF (Bests Friends Forever, meilleur ami pour toujours).

La Nouvelle Série

Donc, la Nouvelle Série. Nous venons de terminer notre série (Suivante), c’est le moment pour la nouvelle série. Comment allons-nous l’appeler ? (quelqu’un dit « Nouvelle Série ») Nouvelle Série. Qui est à peu près aussi créatif que ma Série (Suivante). Et l’année d’après, nous pourrions l’appeler la Nouvelle Série (Suivante) et continuer à partir de là.

Prenez un moment. Ressentez-le juste pendant un moment. Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qui arrive en ce moment ? (le public dit « le Chaos ») Oh, la Série du Chaos. Ça en serait un bon. Ça pourrait réellement attirer l’attention. En fait, ce n’est pas mal. J’avais quelque chose d’un peu différent en tête. Mais ressentez-le. Oui.

Shaumbra 1 (femme) : Dévoilement.

Adamus : Dévoilement. Dévoilement pourrait marcher.

Shaumbra 2 (femme) : Nouvelle Énergie.

Adamus : Nouvelle Énergie. Tobias l’a fait. Il serait furieux si nous lui volions ça.

Shaumbra 3 (femme) : Ascension.

Adamus : Ascension. Cela a déjà été fait.

Linda : Corps de conscience. (le public offre plusieurs idées)

Adamus : Évolution. Okay, on y arrive. Les Maîtres... Ancrer l’Esprit.

Shaumbra 4 (femme) : Remise de diplôme.

Adamus : Remise de diplôme. Seconde Remise de diplôme. Troisième remise de diplôme. (rires) Remise Finale de diplôme. Remise Finale de Diplôme : la suite. Nouvelle Conscience. Tout bon. Voyez, nous collectons un peu d’énergie, ici. Oui, Vince ?

Vince : Surfer sur la Merde.

Adamus : Surfer... Surfer sur votre Makyo, oui. (rires)

Linda : Révolution de la Conscience. (plus de suggestions sont offertes)

Adamus : Linda ?

Linda : Révolution de la Conscience

Adamus : Conscience -ooh, Révolution. Oui ! Cela attirerait l’attention. Cela attirerait l’attention. Ils sont tous bons. Je vais vous donner ma proposition, mais cela ne signifie pas que c’est juste.

Linda : Pouvons-nous la rejeter ? (rires)

Sart : La Prochaine Grande Aventure de Sart. (beaucoup de rires)

Linda : Cela devait l’être.

Adamus : La Prochaine Grande Aventure de Sart. Maintenant, cela en serait un bon. Oui. Oui. Ce serait bien, Sart, exception faite de tous les autres qui sont à l’écoute. Cependant, ils pourraient tout simplement être dans votre énergie.

Sart : Ils peuvent venir !

Adamus : Ouais. Beaucoup de bonnes suggestions ici, et vraiment, nous mettons ensemble nos idées, notre créativité.

Voici ce à quoi je pensais et je vais l’expliquer dans une minute. (Adamus écrit au tableau) « e 2012 » Maintenant, laissez-moi expliquer. Vous n’êtes pas obligés de l’aimer. C’est quand même une bonne idée.

Tout est une question d’énergie

Laissez-moi expliquer. La plus grande chose qui se passe en ce moment, pour la prochaine année et demie -voire une année ou deux- et vous pouvez mettre ça sur votre miroir ou dans votre voiture, ou n’importe où, mais en ce moment, tout est énergie. Tout est une question d’énergie en ce moment. Je vous demande de mettre une astérisque derrière ça, en d’autres termes, une petite note. Quand je dis que tout est énergie, cela ne s’applique pas nécessairement à vous, mais cela s’applique à tout ce qui se passe dans le monde en ce moment. Vous pouvez le distiller, vous pouvez le simplifier -chaque action, chaque jeu, chaque gros titre, tout -si vous le ressentez, tout est question d’énergie.

Il y a beaucoup d’énergie en mouvement en ce moment, d’énergie en chaos. Chaos total. Une énergie qui met à mal les vieux systèmes, essayant d’en construire de nouveaux -je ne veux pas les appeler systèmes- mais de nouveaux modèles ou standards, de nouveaux guides pour la manière dont les choses ont été. Ce monde est dans une crise d’énergie. Une crise d’énergie. Si vous jetez un coup d’œil à n’importe quoi en ce moment, le carburant, évidemment. La situation du carburant, il y a là une crise d’énergie. On en a parlé pendant longtemps, rien de nouveau, mais cette planète a utilisé des carburants très vieux, très archaïques. Et c’est étonnant parce qu’il y a de l’énergie dans l’air en ce moment, tout simplement, personne n’a compris comment la rassembler et l’utiliser -on s’en est approché à plusieurs reprises, mais on ne l’a pas encore atteinte- parce que... parce que... parce que...

Linda (et le public) : La Conscience

Adamus : La Conscience n’est pas encore tout à fait là. Au moment où la conscience est là, alors la solution est soudainement là -quelque chose qui est totalement propre, totalement gratuit, facile à utiliser, qui remplace le pétrole, le charbon et le gaz naturel, et un tas de carburants fossiles. Mais ce monde est dans un déséquilibre énergétique intéressant en ce moment.

Comme nous en avons parlé auparavant, les ressources naturelles nécessaires pour soutenir la population de la planète, maintenant et au cours des 20, 30 prochaines années n’est tout simplement pas là. Il y a le potentiel d’aller d’une crise à l’autre. Imaginez une crise, en ce moment, avec l’argent, la prochaine vraie crise -véritable crise- étant celle du carburant. Imaginez les réservoirs qui commencent à se dessécher, ou la population qui augmente à un niveau tel que le pompage, le raffinage et la distribution ne peuvent plus suivre. Donc les prix montent en flèche. Cela modifie tout ce qui se passe sur Terre.

Et, mes amis, cela n’est pas une prédiction ; c’est en train de se passer. Ce n’est pas un drame ; c’est réel. Beaucoup d’humains veulent fermer les yeux là-dessus ; vous pouvez en fait faire quelque chose. Vous êtes en train de faire quelque chose. Du fait du travail que vous faites sur vous-mêmes, pas pour sauver la planète, pas pour sauver l’univers ou quoi que ce soit d’autre -le travail que vous faites dans votre propre conscience égoïste, génialement égoïste pour vous-même, est ce qui crée une différence -permettra de créer une différence- pour les problèmes auxquels la Terre fait face en ce moment. Le travail que vous faites chaque fois que vous assumez un petit problème pour le reste du monde -c’est vraiment leur problème, pas le vôtre- mais chaque fois que vous assumez ça, en prétendant que c’est à vous, vous vous débattez avec, vous luttez avec, vous combattez avec, vous le craignez, cela vous aide vraiment à comprendre quelque chose plus clairement au sujet de votre conscience.

Vous pensiez que c’était votre chemin spirituel. Vous l’avez appelé votre chemin spirituel. Cela ne l’est pas. Vous êtes allés au-delà du voyage spirituel. Vous l’avez vraiment fait. Vous continuez de prétendre que vous le faites, mais vous êtes allés au-delà. Aussi, lorsque vous assumez un problème en pensant que c’est le vôtre, en vous débattant avec, et en fin de compte, en arrivant à une nouvelle compréhension ou nouvelle présence à soi, cela a un petit effet génial sur la conscience de masse, sur le reste du monde.

Cela semble peut-être un petit peu lointain que je doive dire ça. Vous dites « Bon, qu’est-ce que mon problème avec un ami ou un membre de la famille a à voir avec ça ? » Cela a tout à voir, parce que vous créez très activement de nouveaux potentiels de changements sur la planète en créant une nouvelle conscience en vous-mêmes. Donc, revenons au point de, la planète est dans une crise d’énergie. Vous pouvez le voir en ce moment. L’énergie dans les relations -beaucoup d’entre vous avez expérimenté des problèmes de relation le mois dernier ou environ- l’énergie dans les relations, parce que c’est une situation d’énergie. Il y a un vieux jeu de vol d’énergie qui se passe, et cela se passe avec les membres de la famille, et les amis, et sur le lieu de travail. Et alors, vous vous demandez « Qu’est-ce que j’ai fait comme erreur ? Pourquoi je n’arrive pas à m’entendre avec les gens ? Pourquoi ne m’aiment-ils pas ? » Parce qu’ils jouent un jeu d’énergie. Ils volent. Ils essaient de vous prendre quelque chose.

Il y a une énergie de paranoïa en ce moment sur Terre. Cela se manifeste d’un tas de manières différentes. C’est la mentalité du « pas assez » - « Il n’y en a pas assez pour tout le monde, aussi je dois saisir tout ce que je peux. » Si vous ressentez la conscience de masse en ce moment, il y a une espèce d’énorme vide, ou dépression, là-dehors en ce moment, avec des personnes qui collectivement ne sentent pas qu’il y en a assez, et cela est nourri par les bulletins d’informations, c’est nourri par les auteurs dramatiques et tous les autres- « Il n’y en a pas assez. » Cela crée un vide. Cela crée alors le désir ou le sentiment pour les gens - « Il vaut mieux que je garde ce que j’ai, et je ferais mieux, vraiment, de prendre un petit extra. Des temps difficiles sont à venir. »

Cela produit une énorme crise d’énergie émotionnelle. Cela va causer une crise de la nourriture, et vous pouvez me citer là-dessus : cette planète peut produire suffisamment de nourriture pour supporter 10 milliards, peut-être même 20 milliards de personnes si la conscience était correcte. Mais il va y avoir des guerres pour la nourriture, même quand cette planète peut produire suffisamment. Nous avons parlé de l’agriculture et de l’agriculture consciente auparavant, sur la façon de cultiver des aliments en conscience, qui vont fournir des quantités énormes de nourriture. Et les corps -les Corps de Conscience- qui n’ont pas besoin d’énormes quantités de nourriture. Ils ont juste besoin d’un peu de connexion avec l’énergie. Vous pouvez vous en tirer avec la moitié de la nourriture que vous mangez aujourd’hui, si vous le vouliez. Vous n’avez pas à le faire. Vous n’avez pas à le faire. Vous pourriez vous en tirer avec la moitié. Il ne s’agit pas de perdre du poids ; il s’agit d’harmoniser votre corps. Il n’a plus besoin de ces quantités. Bien au contraire, avez-vous remarqué, que quand vous mangez trop, cela vous fait mal d’une certaine manière ? Parce que votre corps est en train de devenir plus sensible.

C’est une crise énergétique globale, et dans l’année et demie qui vient, tout ce que vous lisez, tout ce qui se met en place sur la planète, depuis la banque jusqu’à la nourriture, et les relations, et la technologie, et tout le reste, est une question d’énergie.

Le vol d’énergie prend forme dans un tas de manières étranges en ce moment. Et l’une des choses que vous allez voir beaucoup plus... vous allez voir moins de guerre, à propos. La guerre est un peu trop directe et rudimentaire. Et, en fait, vous ne trouvez pas beaucoup d’énergie en allant à la guerre. Ils commencent à comprendre ça. « Ils » -vous savez, le collectif ou les gens dans les gouvernements.

Les nouvelles guerres, les nouvelles manières de se nourrir d’énergie sont des choses comme les guerres de code, et c’est en cours en ce moment, pas seulement par ces pirates de collège qui rentrent et créent ces virus et ces choses qui vous volent, à vous et aux autres utilisateurs de l’ordinateur, le droit d’utiliser votre ordinateur. C’est un virus SES* qui est mis dans la programmation de l’ordinateur. Il va littéralement là-dedans et vole l’énergie.

*se référant au virus de l’énergie dont parle Tobias Sexual Energy School

Quelquefois vous dites « Bien, qu’est-ce que ces pirates retirent à causer des destructions ? » De l’énergie. Ils le font vraiment. Ils la reçoivent directement et indirectement. Ils prennent plaisir à causer du chaos. Ils obtiennent indirectement un gavage d’énergie qui revient sur eux. Votre angoisse et la colère d’avoir votre ordinateur piraté soulèvent un niveau d’énergie qui transperce tout de suite. Ils ne savent pas qu’ils programment ça, mais c’est à ça que ça s’élève. Cela se passe dans les grandes sociétés. Cela se passe dans les gouvernements. Ils créent les codes qui rentrent et corrompent, dénaturent et volent l’énergie.

Donc, ce que nous avons là, en ce moment, c’est d’énormes batailles d’énergie qui prennent place de plusieurs manières différentes. Lisez les gros titres, si vous osez, demain, la semaine prochaine, et au lieu de les lire pour les mots qui sont imprimés sur le papier ou sur l’écran de l’ordinateur, pensez-y maintenant en termes de : tout est énergie. Tout. Tout est énergie. Prenons une profonde respiration avec ça.

C’est ce qui se passe sur ce monde, et il n’y a absolument pas besoin d’avoir peur, absolument pas besoin de s’en soucier. Vous, mes chers amis, allez apporter la parfaite quantité d’énergie pour vous servir absolument dans le moment. Et il n’y a absolument pas besoin d’avoir peur, sauf si vous le voulez, sauf si vous voulez prendre ce cours, ce chemin. Maintenant, c’est pourquoi peut-être, je dis un nom comme « e2012 » parce que tout va être question d’énergie. Vous pouvez changer le nom, si vous aimez. Garder le nom. Pensez-y. Tout est question d’énergie.

Linda : Tout le monde veut le garder ? (le public répond) Ouais !

Adamus : Oh, et c’est un bon nom aussi, une sorte de nom semi-dramatique, à cause de tout le battage médiatique sur 2012. A la fin de 2012, il ne va pas y avoir de grand événement, de gros boum qui auront lieu. Il va y avoir des tas de conflits et des tas de chaos entre maintenant et après. Il va y avoir beaucoup plus de situations telles que nous en avons eues récemment en Norvège. C’est de l’énergie. C’est de l’énergie refoulée.

Et ce n’était pas seulement cet individu (se référant aux fusillades en Norvège). C’est une sorte de lecture intéressante, grâce à certains de vos yeux, en lisant les nouvelles, et la question « Cet homme a-t-il agi seul ? » Bien, non. Il a agi sur une partie de la conscience, qu’il ait connu quelqu’un d’autre ou qu’il ait été conscient de ça. Il a extériorisé une chose très vertueuse, très en colère, et très énergivore, avec d’autres du même esprit.

Vous savez, il y a ces liens qui sont faits. Les extrémistes -qu’ils soient politiques ou terroristes, ou autre chose- les extrémistes, ils communiquent. Tout simplement comme vous communiquez les uns avec les autres, même lorsque vous n’êtes pas ensemble, nous sommes reliés en ce moment avec Shaumbra partout dans le monde, même s’ils ne sont pas là. Il se peut que vous ne connaissiez pas leur nom, mais c’est une espèce de connexion énergétique. Bien, ils communiquent, et particulièrement s’ils sont suffisamment intuitifs pour savoir comment se relier dans l’état de rêve, dans les autres royaumes, dans les royaumes proches de la Terre, ils se relient et se nourrissent les uns les autres de points de vues et de croyances. Et sous une grande partie de ça, c’est le manque. Beaucoup de la situation énergétique -le manque- vont blâmer un groupe ou un autre, un gouvernement, leurs parents, ou qui que ce soit. Ce qu’ils expérimentent, c’est le manque, ils ont donc appris à obtenir de l’énergie, pour stimuler, pour sentir qu’ils obtiennent quelque chose.

Mais comme vous savez, si vous avez suivi le Cours de l’énergie sexuelle de Tobias, si vous êtes une victime, vous allez être un abuseur. Point. Si quelqu’un a pris votre énergie, vous allez, tôt ou tard, sortir et prendre la leur, même si vous n’en êtes pas conscients. C’est la manière dont travaille le gavage. Vous pouvez avoir un gros gavage... certains d’entre vous ont eu des drames dans leurs vies cette dernière semaine. Je ne regarde pas quelqu’un en particulier, mais vous avez eu du drame dans votre vie. Il y a ce genre de coup de fouet pour un bref instant. Même si c’était un drame, cela vous a gavé un petit peu, et vous allez commencer à en être un peu plus conscient et peut-être même un peu coupable. Mais cela vous rappelle que vous êtes en vie. En fait, cela revitalise un peu votre corps et chaque autre partie de vous.

Mais alors, quand ça s’en va, alors vous revenez à la réalité. Vous êtes de retour à la vie quotidienne et alors vous vous effondrez. Vous avez un accident énergétique. Bien, le vampire en vous doit sortir et trouver un peu plus d’énergie quelque part ailleurs. C’est le cycle. C’est exactement ce que Tobias a dit si profondément dans l’Ecole de l’Energie Sexuelle (Sexual Energy School).

Donc, vous avez toutes ces dynamiques qui se passent, tout ce gavage qui se met en place, toute cette dépression là-dehors, dans la conscience de masse, le ressenti des gens -et c’est renforcé par les informations- qu’il n’y a pas assez. Il n’y a pas assez. Il n’y a pas assez. Donc, ils vont sortir et se gaver, et se gaver. Ils vont le faire, non pas avec des guerres, mais par le biais d’un tas d’autres façons -au travers de l’attention sur les gros titres, au travers de la manipulation financière, et tout le reste.

Shaumbra, lorsque je dis que tout est énergie, je mets un astérisque derrière -excepté vous. Excepté vous. Parlons de ça. Le reste du monde fonctionne sur cette crise énergétique et le chaos énergétique. Ça marchera très bien, parce que cela amènera cette planète au prochain niveau, et vous commencerez réellement à voir la différence, ici, dans une année ou deux. Mais en ce moment, cela ne doit pas vous affecter. C’est une partie de l’évolution. C’est une partie de la résistance à changer. C’est une partie des vieilles structures qui ne veulent pas abandonner, mais c’est en train de se passer. Ça se passe. Ça se passe.

Conscience (Présence à Soi)

Parlons maintenant un peu de vous. Et pour ce faire, je vais vous parler de la conscience. La Conscience. Qu’est-ce que la conscience ? C’est un grand mot, difficile à épeler (le public offre différentes réponses)

David : La Conscience (La Présence à Soi)

Adamus : La Conscience (La Présence à Soi). Oui, et David obtient une récompense d’Adamus. Mais la prochaine fois, David, je veux que vous le chantiez. LA CONSCIENCE (LA PRESENCE A SOI) !!!

David (en hurlant) : LA CONSCIENCE !!(LA PRESENCE A SOI) !

Adamus : Comme ça. Oui. Donc, David reçoit une récompense d’Adamus pour être juste près de moi où je peux l’entendre. (rires) Mais David, avant que vous acceptiez, je vais vous demander de faire un choix. Vous devez choisir entre une récompense d’Adamus ou des espèces, vingt dollars. Lequel prenez-vous ?

David (choisissant la récompense) : Plus de valeur que l’or.

Adamus : Plus de valeur que de l’or. Bonne réponse. N’importe quelle réponse aurait été bonne, mais bonne réponse. Bon. Intéressant. Intéressant. Avez-vous remarqué qu’un petit échange énergétique vient d’avoir lieu ?

Linda : Entre vous et Edith ? (rires) (Adamus embrasse Edith)

Adamus : Oui, J’embrasse mais je ne dis jamais. Donc, la conscience est présence à soi. Qu’est la présence à soi ? Faisons quelques exercices avec la présence à soi.

Premièrement, je demande deux volontaires. Vince, vous en êtes un, et Mary, vous êtes l’autre. Merci pour le volontariat. (rires) Maintenant, voici ce que vous allez faire. Vince, vous sortez sur le pont et soyez tout simplement... sortez et soyez conscient. Mary, à l’extérieur, sur le parking devant et soyez consciente. Je vais vous rappeler dans un moment.

C’est une question intéressante. Qu’est-ce que la présence à soi ? Donc, pendant qu’ils sont debout, là-bas... à devenir conscients... rappelons-les maintenant. Cela fait suffisamment longtemps pour être conscient.

Linda : Maintenant ?

Adamus : Oui. Okay. Vince, Mary, revenez. Il est conscient qu’il ne veut pas être ici dedans. (rires) Plus agréable dehors.

Vince, trois choses dont vous avez été conscient.

Vince : Combien c’était beau là-bas.

Adamus : Beau, okay

Vince : La brise fraîche.

Adamus : Brise fraîche. Formidable.

Vince : Et la vie est belle.

Adamus : La vie est...

Vince : Belle.

Adamus : Oh, bien. Je pensais que vous disiez qu’il y avait quelque chose d’autre. La vie est belle. Okay. Mary, trois choses. De quoi avez-vous été consciente ?

Mary : D’être dans le Moment Présent.

Adamus : D’être dans le Moment Présent. Vraiment ?

Mary : Plus ou moins. (elle a un petit rire nerveux)

Adamus : Okay. Pas pour dire des secrets, mais vous disiez « Qu’est-ce que je suis supposée faire dehors ? » Mais c’est une sorte de Moment Présent. Okay, suivant.

Mary : Ne pas être autant dans le mental.

Adamus : Ne pas être dans le mental. Oui.

Adamus : Vous avez réalisé que vous étiez dans le mental. Okay.

Mary : Ouais, exact.

Adamus : Vous êtes consciente dans le mental. Okay. Suivant.

Mary : Prendre une respiration.

Adamus : Pardon

Mary : Je ne sais pas.

Adamus : Vous ne savez pas.

Mary : Prendre une respiration. Je ne sais pas.

Adamus : Okay, deux. Deux sur trois. Pas mal.

Okay, maintenant, faisons-le en groupe. John, je vais vous demander de jouer la musique qui a été jouée avant d’entrer dans cette session, l’Autoroute de Mandoline.* Éteignons les lumières et créons une espèce d’atmosphère mystérieuse ici. Jouez la musique, et pendant que la musique joue, je veux que vous soyez conscients.

*Acheté à PremiumBeat.com

Prenez une profonde respiration et soyez présents. Soyez conscients. [LA MUSIQUE JOUE]

Adamus : Excellent. Linda avec le microphone, s’il vous plaît. Si nous pouvions avoir la lumière à nouveau. De quoi étiez-vous conscients ? Pas de makyo, s’il vous plaît. A quoi étiez-vous présents ? Élisabeth : J’ai juste ressenti -j’ai d’abord été présente au toucher de mes doigts.

Adamus : Bien.

Elisabeth : J’étais consciente de mon corps qui voulait bouger avec le rythme, juste le sentiment d’être là.

Adamus : Vous pouvez si vous voulez.

Elisabeth : Okay. Et j’étais consciente, plus que tout, du changement, de m’élever, la levée de l’énergie.

Adamus : Oui. Bien. Excellent. Merci. Bien. Suivant.

Edith : J’étais consciente, comme de belles petites gouttelettes brillantes remplissant mon cœur et la joie qui afflue tout simplement, et puis cela se met à danser, danser, danser.

Adamus : Bien. La Joie. Je vais juste résumer comme étant la joie, une sorte de brillant. Génial. D’autres ? Tiffany : J’étais consciente que j’étais sortie de ma tête, cela m’a rendue somnolente et je voulais m’endormir.

Adamus : Somnolente. Excellent. Excellent. Je vais parler de ça. Somnolente. Bien.

Shaumbra 5 (une femme) : Une sensation de croissance et de bonheur.

Adamus : Bien. Excellent, nous en aurons un peu plus. Et toute prise de conscience, cela n’a pas besoin d’être quelque chose d’ésotérique. Cela peut être n’importe quoi. Lulu : Ouais. J’étais consciente des changements dans le rythme et ensuite de la combinaison des différents instruments.

Adamus : Oui, vous étiez consciente des mouvements de la musique.

Lulu : Ouais. Ils ont frappé dedans et puis dehors.

Adamus : Bien. Bonne musique aussi. Merveilleux. Bien. Quelque chose d’autre ? Conscient de la chaleur ?

Karen : Il m’est apparu, comme si c’était la vie même -le chi. J’ai vu des plantes, des graines, qui commençaient à pousser, et pousser et pousser, et puis elles ont commencé à se déformer et juste, tout ce que je pouvais penser était...

Adamus : Vous étiez dans un trip psychédélique des années 60. (rires) Et comment résumeriez-vous cela ? Que...

Karen : La vie, le chi. L’énergie du chi.

Adamus : Okay. Excellent. Merveilleux. Bien.

McKenzie : J’étais consciente d’un nouveau projet artistique se formant dans mon cerveau.

Adamus : Ah, bien. Je vais juste mettre créativité. Merveilleux, et encore deux. Tout ce dont vous avez été conscients. Tout. Cela pourrait être ce que vous considéreriez comme complètement terre-à-terre. Oui.

Heather : J’étais consciente de quelque chose qui me touchait ici. L’énergie circulait au travers de mon corps, et une odeur est venue jusqu’à moi.

Adamus : Ouais.

Heather : Tout comme, près de moi.

Adamus : C’était probablement Kuthumi. (quelques rires). Odeur et toucher. Okay. Suivant.

Gaelon : J’étais conscient du rythme, et ce que chacun ressentait.

Adamus : Ouais. Vous étiez conscient de la salle aussi.

Gaelon : Et l’énergie dans la salle était une sorte de flux.

Adamus : Merveilleux. Okay, bien. C’est tout pour le moment.

Donc, des tas de niveaux de conscience. La conscience est la présence à soi. Nous allons faire une autre expérience ici, avec la complaisance d’Aandrah, si cela ne vous dérange pas. Nous allons éteindre les lumières à nouveau, mais lors de notre dernière réunion, Aandrah a fait la respiration silencieuse. Belle respiration silencieuse. Pourrions-nous répéter ça à nouveau maintenant ? Oui, respiration silencieuse, et elle peut commencer avec des mots, si vous préférez, et ensuite entrer dans le....

Et maintenant, soyez conscients. C’est un peu plus embêtant parce que dans un moment vous n’entendrez plus aucun mot d’Aandrah.

Aandrah : Donc, mettez-vous à l’aise. Ressentez-vous. Ahhh. Ouais. Okay.

Comme vous pénétrez profondément au cœur de vous-même, recevez. Juste recevoir. Respirez très profondément, ressentez votre respiration descendre tout en bas, en bas dans le cœur de votre être. Remarquez comme vous ralentissez le rythme de votre respiration... profond, encore, doucement.

Respirant... inspirant et expirant.

Inspirant... expirant.

Un souffle à la fois.

Un souffle à la fois.

Profond, doucement, respirer.

(silence)

Adamus : Merci Aandrah. Merci. Et Linda, si vous voulez bien prendre le microphone une fois de plus dans la salle.

Linda : Avec plaisir.

Adamus : De quoi avez-vous été conscients ?

Jane : J’étais consciente d’une brise qui soufflait sur moi.

Adamus : Brise. Bien. Était-elle bonne ?

Jane : Oui.

Adamus : Bien.

Marc : L’expansion.

Adamus : L’expansion, excellent. Ça se ressentait comment ? Est-ce que votre corps a commencé à ballonner, ou votre tête est-elle devenue plus grosse ?

Marc : Je me suis senti plus léger.

Adamus : Senti plus léger. Bien. Bien. Était-ce plus stressant, moins stressant ?

Marc : Moins stressant.

Adamus : Moins stressant. Bien. Quelque fois l’expansion peut être très stressante. Bien.

Alaya : J’ai senti battre mon cœur.

Adamus : Bien.

Alaya : Mon cœur.

Adamus : C’est quand la dernière fois que vous avez senti battre votre cœur ?

Alaya : Bien, je ne m’étais jamais assise et juste le ressentir.

Adamus : Ouais, extraordinaire, n’est-ce pas ?

Alaya : Mais j’ai vraiment ressenti son rythme.

Adamus : Extraordinaire ! Vous avez un cœur et il bat ! Qu’est-ce qui le fait battre ?

Alaya : Je le fais.

Adamus : Absolument. Magnifique. Battement de cœur. Suivant. Doris : Pure conscience...

Adamus : Pure conscience.

Doris : … qui a amené des larmes. Pas un ressenti émotionnel, mais une pureté et des larmes.

Adamus : Bien. Bien.

Doris : Quand j’ai senti les yeux d’Aandrah...

Adamus : Je vais un petit peu vous mettre au défi là-dessus.

Doris : Okay.

Adamus : Et, pas pour vous mettre sous les projecteurs, mais toute personne qui se pointe ici autorise ça.

La pure conscience, quand vous arrivez à ce point, n’a absolument aucune sensation, pas de ressenti, rien. Cela ne vous mettra pas de larmes dans les yeux. Vous avez ressenti la conscience et le potentiel de la pureté de la conscience, mais en fait, quand vous êtes dans la pure conscience, il n’y a pas de ressenti, et c’est une bonne chose. Il n’y a pas de sensation. Il n’y a pas de larmes. On pourrait dire que c’est rien et tout en même temps. Doris : La Beauté ? Est-ce un meilleur mot pour le moment où je connectais avec Aandrah ?

Adamus : Ouais. La Beauté. La Beauté est connect...

Doris : La Beauté est ce que j’ai ressenti.

Adamus : Absolument. Je n’essaie pas de vous corriger ou de vous mettre sous le projecteur, mais pour les autres qui écoutent, je sens qu’il est important de dire que ce que vous avez ressenti avec Aandrah était la Beauté. Absolument. Le potentiel de la pure conscience, et encore plus de conscience que ce que vous avez ressenti plus tôt aujourd’hui ou hier, ou l’année dernière, qui vous mènera aux larmes, qui va gentiment faire partir toutes les vieilles choses qui ne vous servent plus, plutôt que certaines des énergies qui viennent durement. Mais en fait, quand vous parvenez à l’état de pure conscience -indescriptible. Sans définition. Pas d’émotion, et effectivement, de façon intéressante, pas de ressenti. Cela semble ennuyeux, mais ça ne l’est pas. Ça ne l’est pas. Mais merci. Bon, encore deux.

Jean : J’ai senti toute la nourriture derrière moi. (rires)

Adamus : Senti la... excellent. Excellent. Était-ce bon ou pas bon ?

Jean : C’était vraiment bon. Je veux aller manger !

Adamus : Bien. Vous avez là la place de choix, vous êtes à la bonne distance et attrapez tout ce que vous voulez. Okay, et encore une ou deux de plus.

Linda : Okay

Adamus : Puis nous arriverons à notre conclusion et vous irez, « Ah ! » Sandra : J’ai senti à un moment... j’étais consciente de ressentir comme si je n’avais pas de corps.

Adamus : Pas de corps.

Sandra : Comme si le corps avait disparu, mais aussitôt que j’ai eu cette conscience, je suis ensuite retournée dans mon corps.

Adamus : Ah, absolument. Okay. Pas de corps ou au-delà du corps. Excellent. Encore une.

Susan H. : Je me sentais tournoyer.

Adamus : Tournoyer

Susan H : Mm hmm.

Adamus : Vous ne devriez pas boire avant de venir ici. (rires) Bien. En fait, c’est okay de boire. Okay. Merci Linda.

Linda : Avec plaisir.

Adamus : Donc, il y a beaucoup de consciences, ici sur le tableau, chacune d’elle est correcte, chacune d’elle est appropriée.

Types de conscience

Alors que vous devenez plus conscients de vous-même... je vais les définir. Elles ne sont pas coulées dans le béton, en aucun cas, mais il y a différents niveaux de conscience qui sont tous en rapport avec la conscience. Chacun d’eux est important dans nos vies en ce moment.

Il y a les consciences sensorielles. Elles viennent par le biais de vos sens humains, et ce sont des choses comme l’odorat, et le toucher, entendre la musique qui entre par vos oreilles, sentir la brise, même à un degré, la perception sensorielle du battement de votre cœur, la chaleur, bien sûr, le mouvement de votre corps. Ce sont toutes des consciences sensorielles.

Je voudrais dire que les humains, généralement, sont inconscients à environ 98 % des perceptions sensorielles autour d’eux. Ils ont appris à connecter les choses et à les déconnecter. Il y avait des motos qui passaient pendant que nous traversions certaines des expériences. Et vous avez appris à les déconnecter. Il y a des choses qui se sont passées visuellement dans la pièce, et vous avez appris à les ignorer, ce qui est bien, parce que sinon vous seriez submergés. Vous êtes devenus tellement bons pour déconnecter, que c’est un peu comme si vous étiez détournés de vous-mêmes.

Les consciences sensorielles sont une part importante de la conscience. Être capable de percevoir la couleur, le toucher et l’odeur, c’est très facile et agréable à faire, et c’est une bonne chose de vous en faire cadeau. Revenir dans la conscience sensorielle demande juste de s’arrêter de temps en temps et d’observer qu’il y a une mouche, ici dans la pièce. Mais à moins qu’elle vienne se poser sur votre visage, généralement, vous n’allez pas y faire attention, et vous la déconnectez. Et elle vole alentour. Ne la tuez pas, c’est Kuthumi. (rires) Et.. (il donne une tape sur la mouche) oh, désolé. Il reviendra dans une autre vie. (plus de rires)

Il y a la conscience mentale, la conscience de l’esprit. La plupart d’entre vous n’avez pas parlé de ce qui avait traversé votre esprit, et il y en avait beaucoup. Il y a eu beaucoup de bazar à passer ici. Vous avez appris à en déconnecter beaucoup, mais une chose drôle à propos du bazar mental, c’est qu’il va revenir alentour. Il ne va pas se détourner tout simplement.. bien, il s’en va de quelque part, mais il tend à revenir.

Chaque question que vous vous êtes jamais posée continue de flotter, jusqu’à ce qu’elle reçoive une réponse. Ouais, il y en a beaucoup. Peut-être que vous pourriez cesser de poser ces fichues questions. (rires) Et même les choses comme les problèmes qui vous passent à travers le cerveau, et qui ne sont pas résolues, vont revenir. Elles sont comme les questions. Elles sont non résolues, et elles cherchent quelque chose.

Donc, il y a tout ceci qui se passe. Certains d’entre vous ont eu conscience de belles choses comme celles-ci, d’expansion. Et beaucoup de celles-ci sont.. on pense que c’est de la conscience.

Maintenant, beaucoup d’entre vous n’aiment pas penser au sujet de leurs pensées. Vous n’aimez pas vous focaliser sur elles, parce qu’il y a un tas de bazar et de décombres qui passent. Vous faites une chose intéressante en prenant vos propres pensées, en les combinant avec votre antenne psychique -votre capacité à recevoir des choses et des sentiments de l’extérieur, vous mettez tout ensemble, les faisant vôtres, et vous avez tendance à les répéter. Et ça vous submerge tellement qu’ensuite vous devez essayer de faire la sourde oreille, mais vous ne le faites pas. Ça continue de flotter, et vous vous trouvez dans l’embarras. Vous entrez dans un tel gâchis. Vous transformez tout en chaos. Tout est problèmes et confusions, et vous ne savez pas où vous tourner pour la suivante. Alors ensuite vous pensez à quitter cette belle planète. Vous pensez à le recommencer à la prochaine vie. Combien de fois avez-vous dit ça ? « Je l’essaie à ma prochaine vie. » C’est la vie. Nous allons le traverser pendant cette vie. On ne revient plus. Oui. Oui. (le public applaudit)

Donc, il y a la conscience mentale, et puis il y a ce que vous pourriez appeler une intuition, une connaissance, plus ésotérique, plus spirituelle. Je vais utiliser le mot intuition ici (il écrit), conscience intuitive. Maintenant, c’est quelque chose qui en fait, est constamment en connexion et en communication avec vous. Vous êtes tous des êtres très intuitifs. Cependant, vous laissez le mental l’écraser, et vous laissez les doutes la repousser ailleurs. Mais l’intuition, en ce moment, est en train d’apporter des ressentis que des choses vont apparaître dans le journal de mercredi.

Vous dites « Il y a quelque chose qui ne va pas avec mon estomac. Ce doit être parce que j’ai des problèmes au travail. » Non. Vous êtes des êtres intuitifs. Vous ramassez des choses qui bougent et qui changent sur Terre. Délicieuse odeur, mmm. Vous ramassez les angoisses des gens dans les cités où vous habitez. Vous ramassez les spectres qui ont marché ici dans cette pièce, toujours fascinés par vous, qui sont attachés à la terre, mais vos processus mentaux les convertissent, les mettent dans différents endroits, vous font douter, alors vous ne vous autorisez pas vraiment à percevoir sur une base de conscience intuitive. C’est toujours là. Nous n’avons pas besoin de prendre des cours d’intuition, de connaissance. Vous savez pourquoi je ne veux pas faire de cours là-dessus ? Parce qu’alors vous devenez mental avec ça. C’est toujours là. C’est vous. Ça fonctionne déjà. Il s’agit vraiment de croire que c’est là, que ce n’est pas votre poubelle, de toute façon, et de croire que, lorsque ça vient, le cerveau en particulier essaie de s’en emparer.

Ce sont les différents types de conscience avec lesquels vous travaillez maintenant. Ce sont les plus flagrants, parce qu’ils sont juste devant votre visage. Si je vous tape dans le pied, vous allez en être conscients. Ce sont les plus nombreux. Cela se passe toujours. Ils vous font devenir fous. Ce sont les plus naturels, les plus amusants et les plus simples, mais ce sont ceux que vous avez tendance à pousser hors de votre chemin.

Lorsque j’ai posé la question auparavant « Où est votre conscience ? » c’est vraiment une bonne question. C’est vraiment une bonne question. Certains d’entre vous disent « Ici. » Bien, mais êtes-vous réellement conscients d’être ici ? Je soutiendrais qu’une grande partie de votre conscience est ailleurs, quelque part, est ailleurs, dans un autre royaume. Vous l’avez tenue en dehors d’ici. Vous l’avez empêchée d’être ici. Vous l’évitez d’un tas de façons. Vous l’avez cachée quelque part, et vous ne savez vraiment pas où elle est. Et quand je pose la question « Qu’est la conscience ? » vous me donnez une réponse mentale. Vous me dites « Présence. » Okay, mais vraiment, qu’est-ce que cela signifie ? Qu’est la conscience ? Qu’est la conscience ? J’ai débattu avec mon moi, qui est plutôt plaisant, à propos de devons-nous définir ceci, ou pas, ou le laisserons-nous ouvert ? J’ai décidé que nous le définirions, jusqu’à un certain point.

Votre Présence

La Conscience est prise de conscience, mais posée de façon plus concise et distillée, la conscience est votre présence. Votre présence, pas comme un cadeau (comme dans « présent ») je veux dire, bien, c’est un cadeau -mais votre présence. C’est un petit peu différent que d’être dans le Moment Présent. Très similaire, ce sont comme des cousins, mais c’est votre présence. Votre conscience est votre présence et ce dont vous vous autorisez à être conscient. Votre conscience est votre présence, et votre présence en ce moment est ici même, est assise ici même.

Votre conscience est votre présence à la sensorialité, au mental et à l’intuition. Votre conscience est présence, et la question que j’ai pour chacun de vous : de quelle façon êtes-vous présents ? De quelle façon êtes-vous présents ? De quelle façon réelle êtes-vous dans l’instant ? De quelle façon êtes-vous conscients ?

Vous êtes beaucoup plus conscients que la plupart des autres humains. C’est un fait, bien sûr. Mais il y a toujours cette lutte qui va et vient. Toujours à se demander « Bon, qu’est-ce que tout ça veut dire ? Et qu’est l’Esprit et qu’est la conscience ? »

Je vais vous demander tout de suite, sans musique, sans mots, sans rien, et sans ce ventilateur -juste pour un moment, chère Linda- de ressentir votre présence, d’être conscients de votre présence. Et avant de le faire, sortez de votre cerveau. Pas de mental là-dedans. Eh, pas de cerveau là-dedans.

Prenez juste une profonde respiration...

Quelle est votre présence en ce moment ? Pas quelque part ailleurs, mais ici même. Quelle est votre présence ? (longue pause)

Maintenant, certains sont en train de devenir un petit peu mental avec ça. Vous êtes formés de cette façon. L’humanité est comme ça en ce moment, tout devient mental, vous essayez de penser à la réponse. Ça ne va pas marcher. Certains d’entre vous disent « Je n’en ai pas la moindre idée. » c’est probablement la meilleure réponse, parce qu’au moins vous vous y ouvrez.

Qu’est ce que votre présence ? Êtes-vous dans votre corps, ma chère ? Non. Non, vous n’y êtes pas. Êtes-vous dans votre mental ? A un certain point, oui. Êtes-vous pleinement présent, Ange ? Non. Non, et c’est okay. Au moins, vous en êtes conscient, vous voyez ? Et c’est la simplicité et la beauté de ça.

Êtes-vous présent ? Quelle est votre présence ? Comme vous commencez à en devenir conscient au travers des sens, vos sens physiques, même au travers de votre mental, et le mental commence à dire « Suis-je présent ? » et alors, au travers de votre intuition, vous allez finalement commencer à ressentir votre moi beaucoup plus présent. Vous allez commencer à ressentir plus de choses autour de vous. Vous allez avoir plus conscience de la présence de votre moi.

Et à partir du moment où vous avez la conscience de ce qui est présent, de ce qui est ici, vous allez commencer à comprendre ce qui n’est pas présent. Vous allez comprendre ce que vous avez retenu. Alors, mes chers, vous entrez dans cet état de pure conscience qui va au-delà de tous ces types de conscience. Cela devient la conscience Je Suis. La conscience Je Suis, et le fait que « Je Suis présent et c’est tout ce qui compte. Je Suis Ce que Je Suis, chaque partie, chaque morceau, le Corps de Conscience, chaque aspect, chaque pensée, chaque ressenti. Je suis pleinement conscient. Je Suis Ce que Je Suis. »

Maintenant, mes chers amis, vous êtes dans ce cycle en ce moment. Vous êtes dans cette évolution. Vous êtes dans cette prochaine étape. Que j’aie parlé de ça ici, ça allait arriver de toute façon. Mais en en parlant, vous entrez dans la conscience de ça. Vous arrivez à la conscience. Cela satisfait votre mental à un certain point : une autre part de votre mental est même encore plus confuse qu’auparavant. Mais au moins, vous comprenez maintenant « C’est ce qui m’arrive à moi. » Vous devenez plus présent, plus conscient, plus sensible. C’est un fait important. Pourquoi ? Et maintenant, nous allons avoir Zapharia qui va se lever. Parce que j’ai dit auparavant, tout est énergie sur la Terre en ce moment. Tout est à propos du conflit de l’énergie, et cela inclut la lumière contre l’obscurité, le négatif contre le positif, les batailles de l’énergie. On pourrait dire que c’est comme une sorte de dernière grande bataille.

Au-delà du Mental

Où la bataille de l’énergie prend réellement place pour la plupart de l’humanité, c’est dans le mental. Le mental. Pas obligatoirement combattu sur de grands champs de bataille ; c’est dans le mental.

L’humanité traverse une énorme évolution pour sortir de l’ère du mental qui a duré pendant longtemps. C’est discutable, mais on peut dire, quoi qu’il en soit, d’environ 800 à 2 000 ans d’une ère très mentale. Cela va au-delà de ça, et comme vous le savez par votre propre expérience personnelle, c’est une question difficile. Comment sortez-vous de votre propre mental ? Comment allez-vous au-delà du mental, la chose même qui contrôle, gère et consomme de l’énergie, l’unité même qui exige et consomme d’énormes quantités d’énergie, le mental ? Pas le corps, le mental.

La conscience de masse est en train de traverser ça maintenant. Ça ne va pas s’installer tout de suite, mais tôt ou tard, la conscience de masse va évoluer au-delà du mental. Vous le faites en ce moment. Vous l’avez fait pendant un certain temps.

Alors que vous entrez au-delà du mental... qu’y a-t-il au-delà du mental ? Qu’y a-t-il au-delà du mental ? Criez-le !

Shaumbra 6 : Le Corps de Conscience Intégré.

Adamus : Le Corps de Conscience Intégré. C’est bien. Et la présence et la conscience sont toutes au-delà du mental. L’intuition. Vous n’avez plus besoin de penser aux choses, vous les connaissez tout simplement. Où vous n’avez plus besoin d’essayer.

Et avec ça, je vous donne l’affectation de vos devoirs, si vous voulez faire des devoirs. Si vous ne voulez pas faire de devoirs, c’est très bien. C’est un bon devoir. Oui.

Prenez un jour, entre maintenant et notre prochaine -bien, maintenant et la conférence du Milieu de l’été à Santa Fé- prenez un jour, n’importe quel jour qui vous convienne ou vous plaise. Pendant ce jour, n’essayez pas. C’est un devoir facile. Ouais ! Ce jour-là, n’essayez pas.

Maintenant, ce que je veux dire avec ça, c’est de cesser d’essayer de comprendre les choses. Cesser d’essayer d’organiser les choses et de planifier les choses. Cesser d’essayer. Maintenant, cela ne veut pas dire que vous ne sortez pas du lit, à moins que vous le vouliez. Mais cessez de pousser contre ça. Cessez cette activité mentale.

Quand vient ce doute persistant, quand vient la consommation énergétique du cerveau, ne jouez pas ce jeu. Prenez juste une profonde respiration « Cela n’a pas d’importance » et passez à autre chose. Notez la différence dans votre propre niveau d’énergie, mais d’une manière beaucoup plus importante, notez la différence dans le résultat qui prend place lorsque vous cessez d’essayer. Quand vous cessez d’essayer de le comprendre, cessez d’essayer de le faire arriver, cessez de vous en soucier, cessez de pousser dessus. Vous saurez que vous êtes en train d’essayer lorsque vous aurez une tension ici (tête). C’est quand vous prenez une profonde respiration et cessez d’essayer.

Oh, ça demande une très grande confiance, mais c’est une bonne chose. C’est une chose amusante. Un jour. Si vous pouviez être très gentil avec vous-même, comme d’écrire le lendemain ce dont vous étiez conscient, ce que vous avez perçu, ce qu’était votre clarification, au moins un, à ce propos, à propos d’un jour à ne pas essayer. Nous travaillerons avec ça une fois que nous nous retrouverons ensemble, le 1er octobre, je crois.

Donc, avec ça, prenons une profonde respiration.

Vous êtes conscience, vous n’êtes pas énergie. L’énergie se place naturellement et va travailler pour vous, totalement efficace, alors que vous devenez conscients, alors que vous devenez sensibilisés à votre présence.

La conscience est la présence à soi, à toutes les choses différentes qui se passent. La conscience en fin de compte, concerne votre présence ici même, en ce moment, votre présence dans ce moment.

Questions & Réponses

Là-dessus, je suis ravi et honoré de demander à Zapharia (canalisée par Lee Harris) de m’accompagner avec les questions et réponses. Linda va aller dans le public avec un microphone. Vous pouvez poser tout ce que vous voulez à qui vous voulez, tant que c’est Zapharia ou moi-même. (Adamus rit) Donc, nous allons donner un moment à Zapharia afin qu’il se centre. (pause)

Et, ma chère dame, je voudrais vous demander -quand vous êtes prête- de nous donner un petit peu de contexte à votre propos, à propos de votre relation avec votre messager, Lee, et ensuite, nous prendrons les questions. Et prenez votre temps, autant que vous voulez.

Zapharia : Hm. Bien, bien. Bienvenue à la boite chaude de la Terre. (rires parce que la pièce est vraiment chaude) Cette pièce ne pourrait être plus appropriée, car elle représente ce qui se passe sur votre planète en ce moment. Ce que vous voyez dans la masse est la séparation des vieilles manières d’extérioriser, afin de sentir, afin de penser. Les gens sont en contact avec ces parties d’eux-mêmes qu’ils doivent nettoyer et purifier, et ce n’est pas joli.

Ceux d’entre vous qui sont très sensibles trouvent cela très difficile. Cela vous frappe. Ceux d’entre vous avec de larges champs d’énergie, approchez-vous. Allez à la Terre, enlevez vos chaussures, enlevez vos chaussettes. Posez vos pieds nus sur la Terre. Elle vous dira que tout va bien car, alors que vous traversez la mort de l’ancien, c’est le même processus qui se produit quand une femme devient mère pour la première fois. La femme meurt à jamais une fois que l’aspect mère est actif, la femme est changée à jamais. Et vous allez tous devenir plus maternels, pas seulement pour votre Terre, mais pour l’un l’autre, et c’est ce que la transformation de la conscience va faire dans votre société.

Cela va s’éloigner de l’objectif individuel et des structures limitées qui ont été fournies, au travers desquelles, pendant si longtemps, la masse expérimentera, et permettra plutôt que cette transformation se produise depuis l’intérieur des cœurs. En laissant aller tellement de limites de l’esprit et en ramenant les gens à la simplicité du soin de soi, du soin à l’autre, de la gratitude pour cette opportunité d’être en vie, ce qui peut à n’importe quel moment être enlevé.

Ainsi, il y aura beaucoup de peur, et les douze prochains mois seront les plus intenses. Après 18 mois ou plus de ces transformations, le monde commencera à se fixer un petit peu plus, car le nouveau monde sera né. Le choc et la douleur s’en iront. Ceux qui, à la différence de beaucoup d’entre vous, n’ont pas senti ce niveau de purification à l’intérieur de leur corps humain, pendant une si longue période, c’est un moment magnifique pour être en vie.

Et pour ceux d’entre vous qui se sont ennuyés depuis quelques années, c’est à ce moment que tout démarre. Mais soyons clairs, beaucoup d’entre vous ont de larges champs d’énergie. Ce n’est pas le moment de se déployer. Vous saurez quand vous déployer. Ceux d’entre vous qui, pendant cette dernière décade, avez donné votre amour, votre compassion, vos cadeaux aux autres pour les aider à transformer, la mèche a déjà été allumée dans la masse. Ils n’ont plus besoin d’encouragement, et beaucoup d’entre eux vont donner des coups de pied, combattre et jouer les gros bras.

Donc, dans ceci, je parle clairement à ceux d’entre vous qui sont profondément sensibles : revenez en vous-mêmes. Cela impliquera de laisser aller les rares vestiges auxquels vous vous êtes agrippés, afin de rester connectés émotionnellement. Cela impliquera un peu de chagrin pour vous, mais posez vos pieds nus sur la Terre. Elle vous dira que tout va bien, et qu’elle se rééquilibre parfaitement, comme elle en a besoin, pour permettre à cette planète et à la Vie (à ses vies) de continuer d’une nouvelle manière. Bien. Merci Adamus.

Adamus : En effet, et pourriez-vous nous donner un petit peu de votre histoire, de votre relation avec Lee.

Zapharia : Cela a été actif et ouvert, de façon verbale et corporelle, pendant quatre ans. Mais en termes de mon histoire avec lui, il y a eu des vies sur les deux plans, à la fois sur le physique et l’énergétique. Et c’est une intégration pour lui d’expérimenter le masculin et le féminin qui passent par mon féminin. Aussi, nous travaillons là-dessus ensemble constamment. Oui.

Adamus : Et quel conseil ou suggestions donneriez-vous à votre messager, Lee, maintenant que nous sommes face à tous ces gens et ces caméras ?

Zapharia : Ha. Bien, nous avons dû passer par-dessus lui, plus tôt dans la matinée (Adamus rit), afin de me laisser venir. C’est donc un processus constant de le calmer. (rires du public)

Adamus : Et qu’est-ce qui ferait que votre messager a ces angoisses ?

Zapharia : Il craint d’être exposé et il a aussi l’incertitude de ce que je vais dire, ce à quoi son visage et son nom seront associés. (rires)

Adamus : Absolument. Et maintenant, c’est compréhensible que lui, ou Cauldre, ou tous les autres, puissent avoir ces angoisses, et quel serait votre conseil pour nous tous, pour eux tous, dans le traitement de ces choses ?

Zapharia : La peur et les ombres contiennent de plus en plus de lumière. De sorte qu’il a appris à marcher vers les siennes (sa peur et ses ombres) et nous a autorisés à le guider en elle (sa lumière), ainsi, aussi, c’est ce qu’il délivre comme un message, qu’il est en train d’apprendre en permanence.

Adamus : Excellent. Donc. Prêts ? Questions ? Questions. Soyez éveillés. Bonjour Tobin.

Tobin (enfant) : Pourquoi Dieu nous a-t-il faits ?

Adamus : Pourquoi Dieu t’a-t-il fait ?

Kerri : Il veut aussi savoir pourquoi -il pense beaucoup à ça- pourquoi Dieu laisse-t-il les mauvaises choses arriver ?

Adamus : Excellente question.

Kerri : Et je lui ai dit que Dieu est une femme. (rires)

Adamus : De la bouche des bébés. Donc, pourquoi Dieu nous a-t-il faits, et pourquoi Dieu laisse-t-il arriver de mauvaises choses ? Zapharia ?

Zapharia : Bien, en termes d’êtres humains, Dieu vous a créés avec vous-mêmes. Vous avez choisi cette expérience humaine pour venir et prendre plaisir, et jouer, et apprendre à aimer, et quelque fois des choses difficiles arrivent. Mais, alors qu’on traverse les difficultés, en gros, plus de lumière apparaît. Donc plus d’évolution se produit, car c’est la grande expérience -de voir comment, dans la réalité physique, des êtres d’énergie peuvent se relier à la terre. Pour cette raison, ceci est un point crucial dans le temps.

Adamus : Et, Tobin, Dieu t’a fait parce que Dieu s’aime tellement lui-même, qu’il voulait que d’autres comme toi sachent comment c’était -d’être en amour tout simplement. C’est pourquoi. Et Dieu t’a fait parce qu’alors il parvient à expérimenter ce que c’est d’être un petit garçon. Merci. (le public applaudit)

J’ai vraiment un côté adorable ! (rires)

Shaumbra 7 (femme) : J’ai fait l’expérience d’une crise de vertige et j’aimerais savoir si vous pourriez me suggérer comment je peux y faire face et en tirer le meilleur parti.

Adamus : Oui. (à Zapharia) Je vais prendre celle-ci en premier ; vous pouvez poursuivre. Tenez-vous debout sur un building très, très, très grand et regardez par-dessus. (rires, Adamus rit) Le vertige. Le vertige est la dissociation du vieux corps physique. C’est votre ADN qui change. C’est en fait votre Point de Présence sur cette planète qui change. Si vous n’avez pas encore fait ainsi, vous pouvez écouter la session du Re-Order que nous avons faite.

Donc, tout change. La façon dont vous étiez harmonisés au magnétisme, à l’électro-magnétisme, la polarité, tout ce qui a à voir avec l’équilibre physique est en train de changer. Le vertige, en fait, est tout simplement un signe qui dit que quelque chose se passe. Donc, la meilleure chose à faire avec le vertige est de ne pas essayer de le repousser, mais en fait, de prendre ce moment, quand vous le ressentez, de prendre une profonde respiration et permettre au corps de se reconnecter de différentes manières. C’est très sain, en fait. Zapharia ?

Zapharia : Pour vous et votre corps, si vous vous mettez sur le sol, pas seulement avec vos pieds, mais vous asseoir sur votre racine, et tenir le sol avec vos mains, paumes ouvertes, et permettre, à ce moment-là, si vous pouvez, à la peur du vertige de revenir dans votre corps, et ensuite, vous ressentir vous enraciner dans la Terre, car non seulement la planète est en train de se déplacer, ce que vous ressentez en tant que personne sensible, mais aussi, vous ascensionnez rapidement. Et comme vous êtes désireux de maîtriser votre énergie pour rester loin des émotions des autres, que vous ne voulez pas voir ricocher sur votre système, cela vous fait battre le cœur beaucoup plus vite que vous n’y êtes habitués. Donc, autorisez-vous à vous asseoir sur cette belle Terre qui vous a soutenus et nourris pendant tant d’années, et si vous pouvez, comme un exercice, faites revenir la peur et permettez-lui tout simplement de transmuter au travers de votre corps, et la Terre la fera baisser.

Adamus : Bien. Allez le faire !

Shaumbra 7 : Aller m’asseoir sur la Terre ?

Adamus : Ouais ! Ouais, ouais. Dehors. Pourquoi le faire dans la ville ? Vous êtes sur place, ici. Allez, et non pas sur le pont, mais dehors -là-bas. Brillant. Brillant. Oh, question suivante. Plus loin. Jean : Salut Adamus. Comme vous le savez, nous cherchons une nouvelle maison et vous m’avez dit il y a quelques semaines qu’il y en avait une qui était mieux que celle où nous vivons. Et j’ai trouvé une belle maison, pas trop loin d’ici, et aussitôt que j’en suis tombée amoureuse, j’ai été remplie de toutes sortes de doutes.

Adamus : Oui.

Jean : Et manque de clarté.

Adamus : Oui.

Jean : Et maintenant, je ne peux décider laquelle est la mieux. Qu’est-ce que c’est ? Je n’ai pas l’habitude d’avoir ce brouillard.

Adamus : Absolument. Laissez Linda prendre le microphone et ramenez-le ici. Et si vous pouviez avoir la gentillesse, en fait, je vais demander à Aandrah de répondre à ça, parce que c’est... elle est directement connectée. Donc, Aandrah, situation : elle a trouvé une maison, elle l’aime, maintenant, angoisse et doute. Qu’est-ce qui se passe ?

Aandrah : Pouvez-vous recevoir ?

Respirez très profondément. Tenez-vous très calme dans le cœur de votre être. Recevez, cher ange. Cette grande majesté peut-elle être autorisée à venir ? Voulez-vous recevoir ?

Respirez très profondément. Retournez dans le calme, et lorsque vous vous tenez dans votre imperturbabilité du oui, vous saurez très clairement que vous le valez bien. Vous êtes la splendeur. Recevez. Recevez pour vous. Merci.

Adamus : Bien. Zapharia, comment intervenez-vous ?

Zapharia : Il n’y a rien à ajouter en dehors de recevoir, mais souvenez-vous, c’est un processus. Et quand vous commencez à vous ouvrir à quelque chose, le bric-à-brac dans le sous-sol doit dégager la voie quand vous êtes en train de faire une mise à niveau. Donc, laissez faire le processus au travers de vous. Permettez au sous-sol de dégager la voie, tout simplement comme vous devez utiliser la salle de bains chaque jour pour créer de la place pour plus de nourriture. Ce sont des aliments plus nutritifs que vous vous permettez de recevoir. Une maison c’est vous. C’est votre coquille. C’est très symbolique du corps. C’est un processus très délicat, un déménagement, donc accueillez-le.

Adamus : Et j’ajouterai un mot aussi... (il se met debout sur une chaise)... ainsi je peux mieux vous voir. Ce n’est pas à propos de cette maison ; c’est à propos de toutes les maisons dans lesquelles vous pourriez déménager. Et c’est à propos de tous vos problèmes, de votre amour-propre, tous vos problèmes de manque -des vies de manque, stupide manque auto-imposé- et tout est en train de se présenter. Donc, cela n’a pas d’importance si c’est cette maison ou cette maison ou une autre. Ça n’a rien à faire avec ça. Votre mental dit « Bien, c’est au sujet de cette maison. » Non. C’est à propos d’ « une » maison.

Une maison c’est vous. Votre maison est votre Corps de Conscience Intégré. Aussi il y a une énorme métaphore qui agit pour vous au même moment à propos de êtes-vous prête à être dans votre maison ? Donc, vous laissez sévir tous ces aspects, surgir tous ces problèmes, tous ces manques de recevoir. Pourquoi, Shaumbra, faites-vous ça ? Je le demande à chacun de vous, pas seulement à Jean. Pourquoi faites-vous ça ? Vous avez la plus belle des opportunités.

Il y a, métaphoriquement parlant, des seaux d’or prêts à arriver. Il y a des vagues d’énergie qui attendent. Il y a les seconds rôles dans les ailes, prêts. Il y a tellement, tout simplement prêt à venir et vous servir, et vous dites « Je ne sais pas si je suis digne. Je ne sais pas si je mérite ça. Je vais m’éloigner de ça. » Et alors, vous pouvez revenir dans une autre vie et être pauvre à nouveau, et être bouleversé à nouveau ? Donc, vous pouvez à nouveau avoir toutes sortes de problèmes ? Non. Ma chère Jean, ça y est. Je ne vais pas vous donner une autre chance. Ça y est. Traversez-le maintenant. Maintenant. Merci. (le public applaudit) Et distillez-le. Distillez-le, parce que vous êtes tellement prise dedans. Et par-dessus tout ça, vous avez invité toute votre famille et vos amis à venir et rester avec vous, et tous apportent leurs problèmes. Vous avez dit « Apportez votre valise », pas toutes leurs émotions dans leurs valises.

Et, (à Shaumbra 7) ma chère, vous pouvez rentrer maintenant. Elle aurait pu être terrassée par la chaleur, mais elle va être okay.

Et donc, littéralement, vous, vous êtes comme une m... je dirai le mot ici, est-ce okay ? Vous êtes comme un aimant à merde, en ce moment. Et vous invitez toutes ces choses dans votre vie au moment où quelque chose va fleurir dans votre vie, quelque chose qui allait être bien pour vous, et puis vous invitez tous ces trucs, comme d’absolues distractions à rentrer dans le chemin. Vous n’en avez plus besoin. Faites un choix que vous n’allez pas vivre ça. Vous allez vivre présent.

Et mon commentaire d’adieu -mais je vais le dire maintenant, mais je ne dis pas adieu- était de vivre sa conscience. Vous vivez votre esprit et plutôt votre corps, en ce moment, vous tous. Vivez votre conscience, votre sensibilité, votre présence. Vivez-la. Donc...

Zapharia : Puis-je ajouter ?

Adamus : Absolument. Je suis en veine.

Zapharia : Soyez conscients de la méfiance collective avec le matériel, en ce moment, qui va vous affecter tous. Le matériel n’est pas fiable, en ce moment. Vous le voyez dans l’économie. Vous le voyez aussi dans les déplacements physiques. Les gens ont peur de se déplacer, peur de voyager. C’est collectif. Débarrassez-vous de la part qui est collective, et vous reviendrez à vous-mêmes.

La beauté de la méfiance dans le matériel est que ça ramène chacun dans la magie de son propre esprit, sa propre âme, qui n’a pas besoin d’organiser le matériel. Il a seulement besoin d’être, et le matériel arrive.

Adamus : Excellent. Merci. Prochaine question pour deux défis.

Susan M : Salut. Pouvez-vous décrire la vie en 2013 et au-delà ?

Adamus : Ah, voulez-vous prendre celle-ci en premier ?

Zapharia : Hmm, pas exactement. (rires)

Adamus : C’est pourquoi je ne veux pas la prendre en premier. (rires)

Zapharia : En décembre 2012, ce sera un peu plus facile, mais jusqu’alors, il est nécessaire d’avoir cette période de secousse et de reconstruction. Plein d’innovations vont venir rapidement, et c’est la chose que vos chaines d’informations ne vous diront pas.

Partout où vous regarderez sur les chaines d’informations vous verrez la mort, parce que le collectif a besoin de procéder au deuil. Ce ne sera pas le cas du plus petit membre de votre planète. Quoi qu’il en soit, on ne parlera pas vraiment de ces innovations avant le milieu de l’année prochaine. Cela est quand c’est prévu, mais il y aura plus d’un équilibrage de la vague de chagrin et de mort, et la vie apparaîtra sous de nouvelles façons. Donc, ce n’est pas facile de prédire avec précision ce que sera exactement la vie, mais elle sera beaucoup moins rigide, elle sera beaucoup plus vraie, et la gratitude pour la vie et la vie sera plus élevée qu’aucun d’entre vous n’a jamais vu parmi votre communauté.

Adamus : Absolument, et pour ajouter quelques mots à ça. En ce moment, c’est un temps de chaos, et le chaos n’est pas une mauvaise chose. Le chaos fait bouger les énergies. La prochaine chose que vous noterez, probablement au début de 2013, c’est encore plus de séparation que ce qui a été vu, parce que le chaos est comme un filtre. Il sépare les choses, et la séparation ne va pas nécessairement être les choses de ceux qui sont puissants et pas puissants, ou riches ou pas riches. Ça va être essentiellement la séparation des êtres conscients d’avec les êtres inconscients. La planète, au cours de ces prochaines années, va avoir... les humains vont devoir poser la question « Cela va-t-il être une planète de conscience, à l’avenir, après 2012, ou cela sera-t-il une planète pour les inconscients ? » Cela va être un peu difficile de faire coexister les deux.

La conscience peut coexister avec l’inconscience, le manque de conscience, mais l’inconscience a un moment très difficile en étant près de la haute conscience. Donc, cette planète devra prendre des décisions à propos de ce que cette planète va être. Cela n’a pas d’importance. Il y a plein de nouvelles Terres qui naissent en ce moment, qui ont une haute conscience, directement imputable au travail que vous avez tous fait. Cela n’a pas d’importance si vous allez là, ou ici, ou allez à votre Troisième Cercle ou tous ceux au-dessus. Merci.

Shaumbra 8 (femme) : Il y a environ dix ans que je faisais un travail où j’avais l’impression qu’il me convenait très bien, et d’une façon extérieure, il n’a pas fonctionné comme je pensais qu’il allait le faire, et j’ai sauté de nouveau dans le monde de l’entreprise et cela s’est bien passé, dans la même entreprise, mais réellement, une partie de moi savait toujours que je n’étais pas là où je devais être. Et, au début de l’année, j’ai commencé à avoir des problèmes de santé assez graves, et je savais que c’était ce que c’était. Je veux dire, pas tout d’abord, parce que ça doit vous frapper comme ça. Et j’ai fait beaucoup de travail sur le rêve, et tout d’un coup, de manière synchrone, le travail Adoula m’est tombé dessus en quelque sorte, de manière inattendue. Nous ne faisons pas partie de Shaumbra, c’est juste venu à moi et j’ai immédiatement su que c’était ce que j’étais censée faire. Je fais la formation avec Kathleen (Haws), mais il y a beaucoup de peurs autour de ça, du fait de m’éloigner de ce à quoi je suis habituée. (sa voix commence à se briser) Donc, tout simplement, des conseils ou encouragements que vous avez.

Adamus : Absolument. Madame, aimeriez-vous y aller en premier ?

Zapharia : Il y a un élan de vie en vous qui va contrecarrer la torpeur que vous avez eu à tenir dans votre corps afin de rester dans le monde de l’entreprise. Et comprenez que ce n’est pas un jugement du monde de l’entreprise, car le monde de l’entreprise, en soi, est la vie en mouvement et l’évolution dans le mouvement. Mais pour quelqu’un d’aussi sensible, et ouvert, et exploré que vous, votre vie était coupée en deux -la partie de vous qui pourrait ouvrir et être votre esprit, et la partie de vous qui plaquerait au sol votre esprit et donnerait autant de votre esprit que vous pourriez à ce monde de l’entreprise dans lequel vous existiez, car les barrières de vous recevoir dans ce monde étaient élevées.

Donc, la torpeur dans votre corps qui s’est finalement montrée, ce compactage qui avait dû exister en vous, afin de soutenir la survie dans ce monde dans lequel vous vouliez vous donner, va maintenant dans le sens opposé. Et la raison pour laquelle vous êtes très attirée à apporter la vie d’une manière tellement consciente n’est pas seulement parce que vous avez un don pour ça. Et d’être dans ce monde même, et de tenir votre lumière pendant si longtemps, cela n’a pas été une mince affaire. Félicitez-vous pour ce que vous avez fait. Ne le regardez jamais comme une erreur. Vous avez apporté la lumière dans un endroit très lourd. C’est incroyable, et vous allez maintenant vous permettre de réparer en accouchant la vie, dans et pour les autres, d’une manière ciblée la plus manifeste. Et cela va ramener la vie dans toutes vos cellules.

Adamus : Merci. Et pour ajouter... (le public applaudit) Merci. Pour ajouter... au fait, ils vous aiment.(à Zapharia) Ils vous aiment. Oui, ils aiment... (le public répond « oui » et applaudit)

Zapharia : c’est un endroit d’amour.

Adamus : Donc, pour ajouter à ça, et j’aime les questions maintenant. Je n’avais pas l’habitude de les aimer, mais j’aime les questions maintenant. Et elles sont tellement pertinentes pour chacun. La question posée ici est vraiment une partie de la question de chacun. Brillant.

Alors, voici l’affaire. Il y a dix ans, le monde n’était pas prêt pour vous. Vous avez une énergie tellement dynamique, une énergie concentrée -un laser concentré. Ce n’était pas prêt pour vous. Vous avez testé les eaux, pour ainsi dire, afin de tester différentes idées dans l’évolution de la conscience, le potentiel curatif, mais ce n’était pas prêt, et c’est maintenant.

Vous êtes allée dans le monde de l’entreprise où vous pouvez appliquer votre concentration sur certaines choses -vous ne jouez pas avec ces problèmes d’abondance- vous avez joué là jusqu’à ce que vous ayez mis en place la chose sur la route, pour vous stopper et dire « Il est temps de sortir de ça », parce que le monde de l’entreprise, comme beaucoup d’entre vous le savez, est très séduisant. Je veux dire qu’il est très séduisant, et il se nourrit de l’énergie, et c’est un formidable endroit où obtenir de l’énergie. C’est un endroit idéal pour les vampires de l’énergie. Vous vous êtes donné le déséquilibre physique pour dire « Réveilles-toi. Maintenant, c’est prêt. » Le monde est prêt, vous êtes prête. Le travail Adoula va être un merveilleux nouveau commencement pour vous, et cela va fleurir depuis ici. Et oui, un de ces jours, nous pourrions vous voir ici. Donc merci.

Et pour sublimer ça tout à fait, il faut avoir confiance dans tout ce qui s’est passé. Rien n’était une erreur. Vous êtes exactement où vous devriez être. Exactement. Merci. Bien. Question suivante.

Jane : Pourquoi ai-je eu tant de sensations corporelles étranges, ainsi que des sentiments intenses de colère et de frustration ?

Adamus : Nous sommes juste en train de boire ici. J’espère que cela ne vous dérange pas. (pause pendant qu’ils boivent) Ahh ! Nous sommes toujours en train de boire. (rires) Corps étrange, une raison ou deux. Comment voulez-vous que je sois honnête ? Vous savez lorsque je demande ça que quelque chose va voler.

Une chose ou deux, comme vous... vous êtes dans une sorte d’étrange paradoxe, très sensible, bon écrivain, au fait -Cauldre a besoin de vous parler, mais bon écrivain- très sensible, ouverture, et vous allez tout ressentir. Cauldre disait tout à l’heure qu’il sentait que ça le démangeait parce que j’étais alentour -pas à cause de moi, il pourrait prendre du Bénadryl pour ça- mais l’énergie. Les démangeaisons d’énergie, les courbatures et les douleurs d’énergie, les tics et les trucs bizarres se passent. Parce que vous devenez plus présents, plus conscients des choses, votre corps va devenir plus sensible.

Le problème est votre mental. Votre mental dit « Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ? » Votre Soi supérieur, le Je Suis pourrait dire « Pas d’erreur. Je suis juste en train de devenir plus sensible aux énergies. » Vous devriez l’écouter (son mari Marc) de temps en temps. Rien n’est mauvais. Tout va bien, mais pourtant vous avez besoin de vous réunir avec Jean et dire « Pourquoi continuez-vous de mettre ça en place ? » Pourquoi vous.. vous avez écrit quelque chose de très brillant, mais vous doutez de vous. Vous êtes prête pour une nouvelle maison, mais pourtant vous la bloquez. Vous avez un peu de démangeaisons sur le cul, et, vous savez, et -pas le votre, mais le sien- et vous vous inquiétez de ce que vous avez maintenant une maladie. Non. Vous êtes tout simplement...

Shaumbra, sublimez les choses dès maintenant. C’est tellement simple, et il n’y a pas d’erreur, à moins que vous vouliez penser que ce sont des erreurs, alors elles le seront. L’univers et sa physique sont assez « mot à mot ». Si vous voulez que ce soit une erreur, par conséquent, ça le sera. Que choisissez-vous, ma chère ?

Donc, vous allez avoir des choses au corps. Votre ADN est.. si seulement vous saviez ce qui se passait réellement avec tous les fonctionnements internes de vos cellules et de votre biologie, et vous êtes... vous libérez votre karma ancestral comme un fou et il revient toujours autour à essayer de rattacher, et vous continuez de laisser aller. Toutes ces choses sont en train de se passer.

Prenez une profonde respiration. Je vais vous donner quelques conseils que j’ai donnés à quelqu’un il y a un an ou deux. Elle ne m’a jamais pris au mot, et je ne regarde personne exprès. Prenez une bouteille de vin pour vous tout seul, et ne vous souciez pas de ça. Cessez de vous demander « Bon, cela va-t-il me faire du mal ? Y a-t-il des produits chimiques ? Cela va-t-il vraiment avoir un mauvais effet sur ce qui se passe avec mon ADN ? Le vin va-t-il faire quelque chose qui causera quelque chose de destructeur dans mon futur ? Buvez la putain de bouteille de vin ! (le public rit et applaudit) C’est tout ! Merci. Aimez l’écriture.

Zapharia : Vous ne réalisez pas, ou n’acceptez pas combien vous êtes belle et parfaite. Et la façon dont travaillent les émotions est qu’elles passent des contrats avec le mental. Donc, pour vous, l’oppression a été une expérience de vie, encore et encore -être opprimée, être abattue- et votre mental trouve difficile de laisser aller ces histoires. Aussi, lorsque la colère monte, elle n’arrive pas à sortir pleinement. Elle résonne juste tout autour de votre tête, créant de nouvelles pensées, créant de nouvelles histoires.

Donc, reconnaissez la grandeur de votre créativité. La colère vient de la base, et la base est la vie. La base est création. Si vous avez ces pulsions de colère qui montent en vous, et beaucoup de femmes se jugent pour la colère et elles ne devraient pas, car lorsque vous vous jugez pour la colère, vous l’étouffez. Aussi, la première étape pour vous est d’accepter de ne plus vous juger à nouveau. Même si vous êtes en colère contre le monde entier et vous-même, l’étape numéro un pour vous est d’accepter de ne jamais, jamais laisser votre mental vous dire que c’est une erreur. Et graduellement, quand ce mental s’en va, quand ce bouchon sur le dessus de la bouteille de vin n’est plus là pour contenir la colère qui existe dans le vin, vous n’écrirez pas seulement. Vous peindrez, vous danserez, vous chanterez, vous créerez la vie pour les autres, au-delà de tout ce que vous avez vu.

Les humains fonctionnent sur des schémas et des cycles, et même ceux d’entre vous qui évoluent, les graines des cycles subsistent. Votre cycle, pendant si longtemps, a été de croire les conneries que les autres vous ont dites à propos de vous-même et de ne pas voir le vrai miroir dans lequel vous regardez. Au contraire, vous regardez dans celui qui est taché, parce que vous vous souvenez tout le temps que vous avez été critiquée.

Faites sauter ce bouchon. Soyez aussi furieuse que vous avez envie d’être. Reconnaissez le créateur à l’intérieur de vous et voyez ce bel esprit d’amour, là-bas à côté de vous, comme le véritable reflet de l’amour que vous avez pour vous-même. (le public applaudit)

Adamus : Et, chère Linda, voudriez-vous donner une récompense d’Adamus à Jane ?

Linda : Je vais le faire. A ce point, je pense qu’il est temps d’avoir des récapitulations de messages, et je vais m’assurer que Jane reçoive.. c’est cinq minutes...

Adamus : Laissez simplement une ou deux questions.

Linda : Il est moins cinq. (quelques rires) Donc, la Zone d’Eveil s’éteint ?

Adamus : Non, non, non, non. C’est...ne vous inquiétez pas.

Linda : Okay, merci.

Adamus : Donc pour Jane, une récompense d’Adamus. Et, alors que vous retournez là-bas, un pour Marc également. (applaudissements) Maintenant, vous faites votre choix, tout comme David, argent ou récompense d’Adamus ? (Marc dit « je vais prendre l’argent » ; plus de rires) (Jane demande pour les deux) Elle demande pour les deux. Pourquoi pas ?! (beaucoup d’approbation et d’applaudissements du public)

Merci de prouver mon point. Absolument, vous pouvez avoir les deux. Absolument. A propos, vous allez dépenser ces 20 $ et ils vont disparaître et vous allez l’oublier. Elle va dépenser 20 $ et aura toujours la récompense d’Adamus à vous mettre dans la figure pendant des années. (rires)

Encore une question ou deux. Et Linda s’inquiète de l’auditoire de la Zone d’Eveil, mais c’est prévu au moins jusqu’à 5:30. Donc, questions.

Susan H : Salut.

Adamus : Salut.

Susan H : Pouvez-vous, s’il vous plaît, nous donner un bref aperçu de la façon dont les jeunes perçoivent les évènements du monde. Et, en tant que Shaumbra et travailleurs sociaux en général, à quoi pourrions-nous être sensibles en ce moment pour les aider dans leur devenir. Merci.

Adamus : Zapharia ?

Zapharia : J’aime votre couronne royale. Premièrement, l’idée fausse chez les adultes est que les enfants qui naissent aujourd’hui ont la même perception ou le même niveau de tragédie mentale pour traverser ce qui se passe dans ce monde. Ils sont la force de vie du futur. C’est plus confus pour eux, toutefois, quand ils sont enseignés avec les vieilles méthodes. C’est même encore plus confus pour eux que ça l’était pour ceux d’entre vous qui savaient que vous étiez sensibles, dès le début, mais ne savaient pas comment devenir vous-mêmes, de sorte que vous avez suivi les conseils des adultes autour de vous. C’est pourquoi vous trouverez les enfants d’aujourd’hui plus ardents, plus fougueux. Ils peuvent renifler les conneries de la société beaucoup plus vite que beaucoup d’entre vous ne le pourraient. Donc, ils ne vont pas traverser les émotions compactes que tant d’entre vous ont dû travailler pour s’en libérer.

Ils sont le feu et l’esprit. Ils ont besoin de la vérité. Beaucoup auront toujours envie de les protéger de ce qui se passe. Il y a toujours cette mentalité de la « peur pour les enfants » autour de ce qui se passe sur Terre. Les enfants sont divins. Les enfants sont les nouveaux adultes. C’est ce qui doit être rappelé. Et vous n’avez pas besoin de les protéger de la vérité, car il n’y a rien qu’ils ne sachent déjà. Plus vous leur donnez d’amour et de conseil, mais aussi le plus grand respect de leurs qualités de leaders, c’est ce qui est important, car tant d’entre eux sont venus, prêts à activer 10, 20, 30 ans plus tôt que vous ne l’avez fait ; prêts à diriger. Ceci est important.

Adamus : En effet. Et il y a une chose, plus que tout, que les jeunes veulent de vous -de voir que vous pouvez croire en vous. Ils sont très intuitifs, ils sont beaucoup plus énergétiques, mais ce qu’ils ont besoin de sentir de vous, c’est que vous pouvez croire en vous-mêmes. Et quand ils voient ça et ressentent qu’ils peuvent, ils vont croire en eux-mêmes. Bien.

Vicky : Qui suis-je, vraiment ?

Adamus : Question philosophique.

Zapharia : Qui n’êtes-vous pas, vraiment ? Qui allez-vous être dans trois secondes ? C’est votre choix, toujours. C’est le problème avec la définition humaine de l’identité. C’est pourquoi beaucoup sont en crise en ce moment. Pas à cause de l’identité d’eux-mêmes, mais leur identité de salaire, d’emploi, de maisons, la cohérence des tendances météorologiques. Vous êtes libres. C’est ce qui est tout à fait charmant à propos de vous. Vous le savez, alors vous pouvez jouer avec tout le temps. C’est votre message aux autres. Devenez-le, tout le temps. Vous êtes la joie. (le public applaudit)

Adamus : Et, chère Vicky, cela n’a pas d’importance. De mon point de vue, vous êtes une grande actrice. Vous pouvez être qui vous voulez. Ou la question était « Qui étais-je ? » Ah.

Donc, suivant. Le temps pour deux questions de plus.

McKenzie : J’ai un projet que je vais réaliser, et je ne pose pas vraiment la question pour moi. Je pose la question pour d’autres personnes qui pourraient traverser la même chose que moi, parce que je sais déjà ce qui va arriver. Mais, bon, mon projet est que je veux être un vétérinaire trilingue célèbre. Et j’ai des amis et de la famille qui ne cessent de me dire « Oh non, c’est trop gros. Tu ne vas pas rentrer à l’université avec tes notes. Oh, tu ne vas pas y arriver. Tu devrais chercher quelque chose de plus petit. » Non, c’est ce que je vais faire. Et j’ai une autre amie qui voulait obtenir une majeure en littérature, et plein de gens ont continué à lui dire que « oh non, c’est une majeure stupide. Tu devrais faire quelque chose d’autre. » Et elle a cédé, et elle a décidé de faire quelque chose d’autre, même si...

Adamus : Et la question est ?

McKenzie : J’ai oublié (elle a un petit rire bête) C’est... devriez-vous écouter les autres lorsque vous avez une idée dans la tête ?

Adamus : Et quelle est votre réponse ?

McKenzie : Non

Adamus : Bien. Merci.

Zapharia : Il y a quelque chose à dire quant à l’idée de la renommée mondiale. Rappelez-vous que la célébrité mondiale est simplement quand les cœurs et les esprits ont été touchés, encore et encore, donc une grande masse de gens que vous avez touchés, d’une manière ou d’une autre, vous connaissent tout à coup, et alors ce label de « mondialement connu » vient se mettre dessus. Il y a fort à faire pour s’en débrouiller énergétiquement. Tout n’est pas amusement et lumière. Ça fait beaucoup d’avoir une attention collective sur vous.

La clé pour vous est que vous voulez toucher beaucoup de personnes, et que cela commence avec une. Et souvenez-vous que si vous touchez une personne, elles vont aller et multiplier ce que vous leur avez donné à tant d’autres. Donc, retirez de vous cette pression de la célébrité mondiale, car ce sera une pression. Ça sera quelque chose qui vous fera sentir que vous n’avez pas atteint votre objectif. Soyez célèbre pour une personne, parce qu’elles se souviendront toujours de votre nom, et de votre cœur, et de votre présent. C’est tout ce dont vous aurez besoin de vous sentir remplie. (le public applaudit) Adamus : Et, ma chère, je vais être beaucoup moins éloquent à ce sujet. Voici ce que je pense des buts... (il crache sur le sol)

Débarrassez-vous de vos buts. Les buts sont généralement mentaux. Ils sont généralement basés sur de vieilles expériences, et elles sont toujours très, très limitantes. Je ne suis pas un fan de tous ces buts. Maintenant, c’est différent de ressentir votre passion et vos rêves. Ce n’est pas nécessairement mental. Ressentir une passion et ressentir dans un rêve, cela n’a pas de frontières, n’a pas de pré-requis. Cela n’a même pas de titres. Donc, laissez aller les buts et ressentez vos rêves ; beaucoup, beaucoup plus d’énergie efficace derrière eux. Merci. Oui. Linda : En fait, je n’ai pas entendu d’autre question que celle de se demander pourquoi les adultes ne la laissent aller à sa passion, pourquoi ils disent des choses qui semblent ne pas être favorables à la passion.

Adamus : Oui. Mais elle a déjà répondu à cette partie. « Devrais-je écouter les autres ? Non. » Non. Bien. Et encore deux questions ?

(Zapharia fait oui de la tête) Bien.

Alaya : J’ai une opportunité de recevoir un poste à plein temps au collège auquel je participe, et à ce point, j’aurais besoin de cesser d’aller à autant de cours que j’apprécie. Je suis donc à un point focal. Je continue cette espèce d’hésitation d’avant en arrière comme l’emploi à temps plein ou de continuer le collège. Et je suis juste... comme une sorte d’entrer dedans... alors que je me rapproche de ce point, cela devient plus comme presque une machine de ping pong.

Adamus : Pourriez-vous regarder là-bas, vers Jane ? Vous pouvez avoir les deux. Vous pouvez avoir les deux. Vraiment. Vous êtes en train de le tourner en ou/ou. Et vous vous donnez les raisons mentales pourquoi vous pouvez juste faire l’un, ou l’autre. Vous pouvez faire les deux. Vraiment. Parlez avec Jane. Vous pourriez faire les deux.

Alaya : Je peux faire les deux.

Adamus : Elle vous montrera la récompense d’Adamus et les 20 $.

Alaya : Je peux continuer de...

Adamus : Ah, sérieusement, pour vous tous. Vous êtes toujours pris dans quelque ou/ou. Vous pouvez avoir les deux et cela peut se produire simultanément. Et vous pouvez avoir l’énergie de le faire et le temps. Vous dites « Je n’ai pas le temps. » Vraiment ? Vraiment ?

Alaya : Je peux le faire.

Adamus : Ouais. Merci. Zapharia ?

Zapharia : Vous devez faire confiance à votre corps. Ce que vous dit votre corps est plus joyeux, plus ouvert, plus libre. Le mental sera très occupé au cours de la prochaine année environ. Et souvenez-vous que c’est le choix entre votre joie, votre amour, ou une idée basée sur le vieux monde de sécurité extériorisée, d’un chemin de croissance que beaucoup ont ressenti que c’était la voie.

Maintenant, vous ne pouvez pas sous-estimer le pouvoir de l’inconscient collectif. Quand beaucoup y croient, quand beaucoup ne croient pas dans la passion de quelqu’un, comme la question précédente, c’est convaincant pour le mental de s’y joindre, juste pour s’assurer que vous êtes en sécurité. « Serons-nous en sécurité ? Nous devons suivre le groupe, car dans le groupe, il y a la sécurité. »

Vous venez dans ce monde comme un bébé dépendant des humains. C’est très, très difficile de laisser aller cette dépendance à l’esprit de groupe collectif. Vous êtes juste en train de passer d’un vieux monde à un monde nouveau. Le monde nouveau, c’est « Confiance dans le corps, confiance dans les ressentis. » Le vieux monde, c’est « Ce scénario va me donner les meilleurs ressentis. »

Adamus : Excellent. Merci. Merci. Et, pas de pression, mais dernière question du jour.

Lara : Donc, lorsque nous avons fait ces exercices tout à l’heure, j’ai eu une expérience, quand Norma a fait la respiration silencieuse, j’ai ressenti la paix et la sérénité autour de ça. Et j’ai vraiment tant aimé la musique qui avait joué avant, que j’ai commencé à ressentir comme une sorte de saignée, au travers de ce que j’avais ressenti alors, cette danse et ce mouvement. Et ça a créé cette espèce d’expérience autre, qui était différente – une sensibilité différente entre les deux. Et ensuite, quand vous nous avez faits être sensibles à où nous sommes maintenant, j’étais consciente de moi-même ici. Et alors, j’ai eu cette sensibilité de me ressentir comme marchant sur l’océan et escaladant quelque ruine quelque part ailleurs. Donc, est-ce que je joue juste un jeu avec mon mental, ou y a-t-il comme une sorte de fusion qui s’est passée ici ?

Adamus : Je vais vous laisser prendre celle-ci en premier, m’dame.

Zapharia : Le mental musical est très puissant, pour ceux qui ont une affinité avec, car la musique, c’est des nombres encodés et des émotions encodées. Ainsi, le mental reçoit une incroyable libération dans l’émotion, à travers l’écoute de la musique, mais encore le mental est présent. Donc, c’est très puissant, parce que le mental qui disparaît complètement n’est pas hautement pratiqué par la masse. Toutefois, avoir la musique comme portail dans votre capacité de visualisation est merveilleux.

Ainsi, vos visions et vos émotions seront activées au travers de la musique. Vous avez une longue histoire avec la musique, au travers des vies. Vous êtes un maître de musique. Vous la comprenez. C’est pourquoi vous vous êtes toujours connectée à elle si profondément. Laissez ces nombres, ces émotions, vous prendre. Laissez-les vous diriger. Ayez confiance où ils vous mènent. Ils sont beaucoup plus vrais que beaucoup de pensées qui vous contraignent. Croyez ce soi.

Adamus : Excellent, et excellente question pour la fin de cette journée. Excellente question alors que vous sortez ce prochain mois et ressentez dans votre présence, votre conscience, vous devenez ludique avec elle, vous allez arriver à ce même dilemme : êtes-vous en train de le composer ou est-ce réel ? Êtes-vous juste en train de le construire ici, comme un petit jeu, ou est-ce quelque chose qui se passe vraiment ? La réponse à ça, est que choisissez-vous ? Que choisissez-vous ? Choisissez-vous que ce soit réel ou choisissez-vous de laisser le mental prétendre que ça vient juste d’être composé ? C’est là où la pure conscience, et c’est là où vous, votre sensibilité et seulement vous, pouvez prendre cette décision, ce choix. Ce choix ne vient pas de la tête ou du corps. Il vient de vous. Allez-vous vous laisser l’avoir réel ? Je voudrais dire que c’est le plus gros problème que chacun d’entre vous doit affronter en ce moment. Vous êtes dans une sorte de... juste sur le bord- sur le point d’avoir une belle maison, sur le point d’avoir la sensibilité, d’être capable d’avoir les deux -et alors vous vous arrêtez, et le mental vient et dit « Est-ce réel ? » Le mental qui joue son rôle défensif et qui joue aussi ses vieilles et mauvaises cassettes, c’est sa vieille programmation qui va dedans. C’est là que vous, votre présence, votre conscience a besoin de progresser et dire « Je vais le prendre d’ici, le mental. Je vais le prendre d’ici. »

Quand vous tombez sur tous ces challenges et que vous vous demandez si vous faites le bon choix, si vous faites la bonne chose, si vous poursuivez la bonne carrière ou toute chose comme ça, cela va rencontrer un certain niveau de peur, de doute et d’incertitude.

Et c’est le moment de prendre une profonde respiration et de vous dire que tout va bien dans toute la création. (le public applaudit)

Grande Abondance !!!

Traduction Solange


http://www.cerclecramoisi.fr/spip.php?article314


_________________
"L'humilité sert à agir avec puissance"
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Dim 6 Nov - 15:42 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LES ENFANTS DE L'UN Index du Forum >>> SPIRITUALITE >>> SHAUMBRA Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo